Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Loches : un hommage rendu aux 36 gendarmes déportés en 1944 dans les camps nazis

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

La gendarmerie de Loches a organisé ce samedi 27 juillet une cérémonie pour célébrer la mémoire de 36 gendarmes arrêtés le 27 juillet 1944 par un kommando allemand.

Des dizaines de gendarmes ainsi que le colonel Gonzague Prouvost étaient à la cérémonie
Des dizaines de gendarmes ainsi que le colonel Gonzague Prouvost étaient à la cérémonie © Radio France - Manon Derdevet

Loches, France

C'était il y a 75 ans et les habitants de Loches s'en souviennent encore. Le 27 juillet 1944 à l'aube, un Kommando allemand venu de Tours accompagné d'agents de la Gestapo arrête des dizaines de personnes. Parmi eux 36 gendarmes seront ensuite déportés dans des camps nazis en Allemagne. Seulement 7 reviendront vivants. 

Pour rendre hommage à ces hommes morts pour la France, la gendarmerie de Loches a organisé une cérémonie ce samedi 27 juillet devant la plaque commémorative érigée en leur mémoire. 

Des dizaines de familles de victimes mais aussi le colonel Prouvost qui commande le groupement de gendarmerie d'Indre et Loire, la député de la 2e circonscription d'indre et loire Sophie Auconie ou encore Philippe François le sous préfet de Loches étaient présents.

58 hommes et six femmes arrêtés ce jour là

En plus des 36 gendarmes, le sous-préfet de l'époque et des personnes suspectées d'aider plus ou moins activement la Résistance sont également arrêtés. Ils sont conduits dans la cour de l'école des filles pour un interrogatoire.  A la fin de la journée, 58 hommes et six femmes partent pour la prison Henri Martin à Tours avant d'être déportés dans les camps nazis

Les gendarmes seront d'abord dirigés vers le camp de Neuengamme où ils arrivent le 1er septembre 1944. Certains y resteront, les autres seront dirigés vers le kommando de Wilhemshafen où 29 d'entre eux décéderont. 

"Plus jamais ça" un fils de rescapé

"J'avais 23 jours quand mon père a été déporté" raconte le fils d'un déporté qui est revenu des camps. "Il y a un devoir de mémoire que nous devons faire perdurer. Plus jamais ça !" conclut-il. 

"C'est le premier groupe majeur qui a été victime d'une rafle des nazis" Franck Duruisseau

C'est le chef d'escadron Franck Duruisseau commandant à la compagnie départementale de Loches qui a organisé ce rassemblement. Pour lui il est impératif de ne pas oublier leurs histoires. "Je n'avais jamais entendu parler de ce groupe de gendarme qui a été victime d'une rafle. C'est le premier groupe majeur qui a été victime d'une rafle des nazis alors avec d'autres gendarmes passionnés nous voulions leur rendre hommage", explique le commandant. 

A la fin de la cérémonie une exposition était organisée avec les portraits des déportés. Pour que personne n'oublie les destins de ces gendarmes tourangeaux.

Choix de la station

France Bleu