Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Logement social : 73 communes du Nord Pas-de-Calais sont hors-la-loi

lundi 9 novembre 2015 à 18:08 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Nord

Le gouvernement durcit le ton contre les mauvais élèves en matière de logement social : 1022 communes françaises ne respectent pas l'obligation d'en avoir au moins 20 %. Dans le Nord Pas-de-Calais, le bonnet d'âne revient à Baisieux. Patrick Kanner ministre de la Ville s'y est rendu ce lundi.

Patrick Kanner s'est rendu ce lundi chez le mauvais élève nordiste, Baisieux
Patrick Kanner s'est rendu ce lundi chez le mauvais élève nordiste, Baisieux - Antoine Sabbagh

Baisieux, 4 800 habitants, joli village de campagne aux portes de Lille....mais seulement 200 logements sociaux et 100 personnes qui en attendent un. Baisieux compte 11 % de logements sociaux, bien loin de l'obligation fixée par la loi SRU : au moins 20 % de logements sociaux dans les villes de plus de 3 500 habitants. Et ça peut monter à 25 % dans les zones les plus tendues.

Cette loi date de 2000 et elle est encore mal respectée : 1022 communes en dehors des clous, dont 73 dans notre région. Et donc 5 mauvais élèves : Baisieux, mais aussi Bousbecque, Sequedin, Houplines et Provins près de Valenciennes. Ces communes payent des amendes,  70 000 euros par an par exemple pour le village de Baisieux.

Mais les amendes ne suffisent visiblement pas, alors le gouvernement durcit le ton : publication des noms des mauvais élèves et droit de préemption accru pour les préfets. Ils pourront acheter des terrains de force pour y construire des logements sociaux.

Patrick Kanner : "Une loi juste qui favorise la mixité sociale"

Le maire de Baisieux n'a pas aimé être ainsi pointé du doigt. Il explique d'abord vouloir veiller à l'harmonie de sa ville "Je ne veux pas faire Lille-Sud à Baisieux". Et puis il renvoie la critique au ministre : "j'ai un gros projet de logements sociaux, mais il est bloqué car on a trouvé des choses lors de fouilles archéologiques et donc le chantier est stoppé"

Enfin il y a quand même des bons élèves : Lille avec 26 % mais surtout Grande Synthe avec 66 %.