Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Logement social en Sarthe : des factures d'énergie moins chères qu'un café

-
Par , France Bleu Maine

C'est l'un des défis de Sarthe Habitat : construire des logements sociaux de mieux en mieux isolés pour réduire le montant de la facture de ses locataires. Le bailleur social, qui fête ses 70 ans, réfléchit aussi à des habitations spécialement adaptées aux personnes âgées.

Le Mans, France

"On arrive à avoir des logements à énergie positive où la facture coûte moins chère qu'un café par mois". Fabienne Labrette-Ménager le reconnaît, ces bâtiments qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment (BPOS) restent une exception dans le parc du bailleur social qui gère 16 000 logements dans le département. "C'est une vitrine et un exemple à suivre car la rénovation énergétique des bâtis est une nécessité pour faire baisser la facture de nos locataires".30 000 Sarthois sont logés par le bailleur social. "On change les fenêtres, on isole les combles. Cela permet d'avoir un gain de 30 à 40% en énergie". 

16 000 logements et 150 chantiers par an 

Rénovation ou construction, Sarthe Habitat lance chaque année entre 120 et 150 chantiers par an. Sur les 150 millions d'euros de budget, 30 millions sont consacrés aux investissements. "Une enveloppe en diminution car en tant que bailleur social nous sommes directement impactés par la baisse de l'APL (Aide Personnalisée au Logement). Quand les locataires bénéficient de cette aide, elle est directement versée au bailleur social... Sachant que la moitié de nos locataires touche les APL, cela correspond pour nous à 3 millions de moins dans les caisses, soit 10 % de l'enveloppe des investissements"

Imaginer maintenant les logements de demain

En 70 ans, le logement social a beaucoup évolué. " En 1949, au sortir de la guerre, la priorité était de proposer un logement à une personne qui venait travailler" rappelle Fabienne Labrette-Ménager. "Aujourd'hui on travaille sur un cadre de vie. On travaille avec les collectivités pour mettre en place des services, au niveau des voiries, on veut aussi revitaliser certains quartiers ou certaines communes. Dans les grandes villes, on est plus contraint. Il y a le prix du foncier qu augmente et la place qui est attribuée par le plan local d'urbanisme. On construit dans les dents creuses. On va densifier les centres ville". Autre défi, faire face au vieillissement de la population. "Il faut penser à des maisons de plain-pied, des salles de bain assez grandes pour venir avec un déambulateur ou un fauteuil roulant, penser à des cheminements de la chambre à la salle de bain avec des led, avec des prises adaptées à hauteur des bras et pas par terre et puis il faut penser au numérique parce qu'aujourd'hui les aînés, ils ont des tablettes". Sarthe Habitat emploie 289 personnes dans le département.

Choix de la station

France Bleu