Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loi de sécurité globale : la manifestation ce samedi à Rennes autorisée mais elle devra être statique

-
Par , France Bleu Armorique

Le préfet d'Ille-et-Vilaine autorise le rassemblement contre la loi de sécurité globale ce samedi à Rennes. En revanche, il interdit la déambulation de la manifestation.

A rennes, la manifestation du 28 novembre contre la loi de sécurité globale avait fini par un face à face avec la police
A rennes, la manifestation du 28 novembre contre la loi de sécurité globale avait fini par un face à face avec la police © Radio France - Maxime Glorieux

Une manifestation oui mais statique. Le préfet d'Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier, interdit la déambulation de la manifestation contre la loi de sécurité globale prévue ce samedi 16 janvier à 14 heures à Rennes. Elle devait partir de République pour rejoindre l'esplanade Charles de Gaulle. Elle est finalement autorisée jusqu'à 15 heures 30 mais le rassemblement devra être statique et uniquement sur l'esplanade

" Nos libertés sont en danger "

La préfecture met en avant les violences et dégradations commises le 28 novembre et le 5 décembre dans la capitale bretonne. Elle explique vouloir " prévenir l'action violente de groupuscules qui portent délibérément atteinte au droit de manifester et à l'ordre public ". La coordination rennaise contre la loi de sécurité globale réagit dans un communiqué. " A Rennes, plutôt que de tout mettre en oeuvre pour défendre le droit à manifester, la préfecture incite les corps intermédiaires à renoncer à leur liberté de manifester. Ce chantage est inadmissible et liberticide. Nos libertés sont en danger " écrit le collectif.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess