Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Langues régionales : maintenir l'apprentissage du Picard est "une bataille", estime le député François Ruffin

-
Par , France Bleu Picardie

Alors qu'une proposition de loi est débattue ce jeudi sur la défense des langues régionales, le député LFI de la Somme François Ruffin a pris la parole pour évoquer le Picard. Le texte propose de développer l'enseignement en picard, un apprentissage menacé dans notre région selon l'élu.

François Ruffin a pris la parole pour défendre la langue picarde, devant l'Assemblée nationale ce jeudi 8 avril.
François Ruffin a pris la parole pour défendre la langue picarde, devant l'Assemblée nationale ce jeudi 8 avril. © Radio France - Hajera Mohammad

Le Picard s'invite dans les débats à l'Assemblée nationale, qui examine ce jeudi une proposition de loi sur la défense des langues régionales. L'objectif de ce texte, porté par le député du Morbihan Paul Molac, vise à faire reconnaître ces dialectes par la République française, mais aussi à faciliter l'apprentissage de ces langues dans les écoles. Le texte a être adopté dès ce jeudi 8 avril, en deuxième lecture, avec 247 voix pour et 76 voix contre.

"Entendre la voix des Picards"

Au cours de ce débat, des élus bretons, corses ou encore alsaciens ont pris la parole. François Ruffin, député La France insoumise (LFI) de la Somme a défendu la langue picarde : "On entend beaucoup les Bretons, les Corses : je voulais aussi qu'on puisse entendre aussi la voix des Picards, a-t-il démarré. Donc la langue est encore plus menacée dans son existence que le Breton ou le Corse. Pour moi, il est évident que la principale menace sur la langue française, elle vient très nettement de l'Anglais et pas du côté du Picard, du Corse ou du Breton"

"Dans notre coin, on sait à quel point _c'est une bataille, non pas pour qu'il y ait 50 % de l'enseignement en Picard_, mais simplement pour qu'on puisse avoir un maintien du picard à l'université ou dans quelques endroits. Et je pense que cette biodiversité, elle est importante", conclut le député LFI de la Somme, qui s'est pourtant abstenu lors du vote.  Sur les 17 membres du groupe parlementaire de la France Insoumise, 12 députés ont voté contre, 1 seul député a voté pour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess