Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Loi Travail : nouvelles manifestations, blocages de routiers et suite de la grève à la SNCF

jeudi 19 mai 2016 à 9:05 - Mis à jour le jeudi 19 mai 2016 à 17:41 Par Marina Cabiten et Julien Baldacchino, France Bleu Paris et France Bleu

Les opposants à la loi Travail maintiennent la pression jeudi avec la suite des grèves à la SNCF ou chez les routiers, et de nouvelles manifestations.

A Paris, les manifestants ont défilé de Nation à Place d'Italie
A Paris, les manifestants ont défilé de Nation à Place d'Italie © Maxppp -

Les routiers ont mené plusieurs blocages à travers la France jeudi matin contre la loi Travail, alors que la grève se poursuit à la SNCF (elle n'est que partiellement liée à ce texte). De nouvelles manifestations ont également eu lieu alors que mercredi, une voiture de police a été incendiée à Paris.

Entre 3.500 et 90.000 manifestants à Marseille

A Marseille, 90.000 personnes ont manifesté selon les organisateurs, et seulement 3.500 selon la police, un écart d'estimations inédit. A Toulouse, les manifestants étaient 4.000 selon la police, contre 16.000 selon les syndicats.

A Paris jeudi, le cortège s'est ébranlé à 14h de la place de la Nation en direction de la place d'Italie. Les manifestants ont défilé derrière un cordon de CRS qui ouvrait la marche. Selon la CGT ils étaient 100.000, soit deux fois plus que mardi dernier. La police évalue entre 13.000 et 14.000 personnes participantes. Neuf personnes ont été interpellées à Paris dans des affrontements avec les forces de l'ordre. Des débordement ont également eu lieu à Tours, Grenoble ou Rennes.

Manuel Valls veut "rassurer" les routiers

Jeudi matin, des barrages filtrants et blocages ont été menés par les routiers, par exemple à RennesBordeaux, près de Marseille, à Avignon, ou à Amiens. Les principaux accès au Havre sont toujours bloqués et la ville portuaire tourne carrément au ralenti.

Manuel Valls a voulu "rassurer" jeudi les chauffeurs routiers, affirmant sur RTL que le projet de loi Travail n'avait pas de "conséquences" sur leur rémunération et le paiement de leurs heures supplémentaires. "Moi je veux rassurer les conducteurs (...) il n'y a pas de conséquences" du projet de loi "sur la rémunération des routiers, sauf accord de branche signé par une majorité des organisations syndicales", a déclaré le Premier ministre en accusant la CGT et FO, "qui sont minoritaires dans le transport routier", de vouloir "attiser les inquiétudes en faisant croire que la loi Travail mènerait à baisser la rémunération des heures supplémentaires des routiers" à "10% au lieu de 25%".

Toujours la grève à la SNCF, mais de moins en moins suivie

La grève des cheminots entamée mercredi se poursuit ce jeudi. Ils protestent par rapport aux négociations actuelles concernant leurs conditions de travail, mais aussi pour montrer leur opposition à la loi Travail. Mercredi, seulement 15% de grévistes étaient signalés par la direction de la SNCF, et 13,8% jeudi.

Le suivi de la grève des cheminots - Aucun(e)
Le suivi de la grève des cheminots - Visactu

Nouvelles manifestations sous tension

Cette septième journée de contestation, et la deuxième de la semaine, s'inscrit dans un contexte tendu. Mardi, comme lors des précédentes manifestations contre la loi El Khomri, des débordements ont à nouveau eu lieu à Paris et en région. Mercredi, les forces de l'ordre ont manifesté contre la "haine anti-flics" et les "casseurs". En marge de la mobilisation parisienne, une voiture de police avec deux gardiens de la paix à l'intérieur a été incendiée par un groupe d'une quinzaine de manifestants. Des interpellations ont eu lieu depuis.

En fin de journée, une intersyndicale doit fixer une nouvelle date de mobilisation. Adopté sans vote en première lecture la semaine dernière après un recours à l'article 49-3 de la Constitution, le projet de loi instaure la primauté des accords d'entreprises sur les accords de branche, un casus belli pour ces syndicats. Il ouvre aussi la possibilité de référendums d'entreprise, d'accords "offensifs", crée le compte personnel d'activité et étend la garantie jeunes.