Société

Loire : la difficile insertion professionnelle des travailleurs handicapés

Par Lola Fourmy, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 14 novembre 2017 à 21:41

Semaine européenne emploi handicap jusqu'au 19 novembre.
Semaine européenne emploi handicap jusqu'au 19 novembre. - L'adapt

La semaine pour l'emploi des personnes en situation de handicap se déroule jusqu'au 19 novembre. Si dans la Loire, le taux de chômage des personnes handicapées est inférieur à la moyenne nationale, leurs parcours restent parfois très compliqués.

C'est l'annonce qui a marqué le début de cette semaine pour l'emploi des personnes en situation de handicap, le gouvernement promet une réforme début 2018 pour permettre une meilleure insertion dans l'emploi de ce public qui souffre d'un taux de chômage deux fois plus élevé que les autres : 19% au niveau national, 10% dans la Loire.

Dans la Loire, l'association Cap emploi a accompagné l'an dernier plus de 2.300 personnes handicapées, dont la majorité envoyées par Pôle emploi. Cap emploi est spécialisé dans l'accompagnement des personnes en situation de handicap, elle les suit dans leurs démarches de recherche d'emploi, la construction de leur projet professionnel, l'adéquation entre leur handicap et leurs compétences. De l'autre côté, Cap emploi forme et accompagne aussi les employeurs : de l'information jusqu'à la recherche de fonds pour adapter les postes.

"Les handicapés sont toujours en arrêt maladie, moins compétents"

Vis à vis de la loi qui impose aux entreprises de plus de 20 salariés l'embauche d'au moins 6% de personnes en situation de handicap la Loire fait plutôt figure de bonne élève, explique Maud Pauze, de Cap emploi. Pourtant, à l'occasion de la rencontre organisée ce mardi dans leurs locaux stéphanois entre une vingtaine de recruteurs et une centaine de candidats, les récits de galère sont nombreux.

Pour Abiba, aide médico-psychologique au chômage d'une trentaine d'années, c'est tout le regard de la société qu'il faut changer : "quand j'ai appris que je devais faire une déclaration en qualité de travailleur handicapé, j'ai pleuré toute la nuit. Je savais que j'allais entrer dans une autre catégorie, à part", raconte la jeune femme.

Abiba souffre d'un problème à la jambe qui la gêne quand elle marche, selon elle le regard des employeurs change dès qu'ils prennent conscience du handicap "ils mettent des barrières". Puis elle raconte les préjugés qu'elle entend régulièrement de la bouche de ses patrons sur les travailleurs handicapés "moins compétents, plus lents, tout le temps en arrêt maladie". "Moi je n'ai jamais été en arrêt maladie de ma vie !", s'agace la demandeuse d'emploi.

L'inadéquation des transports et des infrastructures

Dans la plupart des cas, l'aménagement des postes n'est pas coûteux, ni compliqué, "il suffit de mettre en place des schémas colorés à la place de textes de trois pages pour le public dyslexique ", raconte par exemple cette directrice d'agence d'aide à la personne. D'ailleurs les chiffres le prouvent bien, 57% des personnes suivies par Cap emploi souffrent de restrictions des mouvements pour des causes diverses. Les non-voyants, déficients mentaux et psychiques représentent eux moins de 10% de ce public.

L'autre obstacle majeur selon Magalie, jeune candidate à un poste d'assistante de gestion, c'est le manque de moyens de transports adaptés et d'aides financières pour pallier cette situation. "Combien de fois j'ai dû refuser un poste parce que c'était mal desservi? Je ne vais pas demander à quelqu'un de m'amener au travail tous les jours !". Comme beaucoup de travailleurs handicapés, elle ne croit pas trop dans les annonces du gouvernement.

Les employeurs ligériens pourtant semblent de plus en plus sensibles à la problématique, l'agence d'emploi CRIT met en relation des personnes en situation de handicap et des entreprises. La société de transports Perrin Pichon elle aussi s'est mise depuis longtemps en règle avec la loi et ne le regrette pas, bien au contraire précise Daniel, comptable et recruteur de la société : "maintenant on peut conduire un poids lourd bien plus facilement alors le handicap n'est pas vraiment un problème et surtout, ces personnes là sont très investies parfois même plus que les autres, comme si elles avaient une revanche à prendre sur la vie".