Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Neuville-aux-Bois: la colère du père d'un enfant autiste

jeudi 20 juillet 2017 à 18:03 Par Guillaume Drechsler, France Bleu Orléans

Père d'un enfant autiste de 18 ans, Sébastien Bouery a trouvé un emplacement à la maison d'accueil spécialisée de Boigny-sur-Bionne. Mais il se retrouve dans une impasse pour la prise en charge du rapatriement depuis la Corrèze.

Dylan devrait être présent à la MDPH de Boigny-sur-Bionne depuis le début du mois de juillet.
Dylan devrait être présent à la MDPH de Boigny-sur-Bionne depuis le début du mois de juillet. - Capture Google Maps

Boigny-sur-Bionne, France

Sébastien Bouery est le père de Dylan, âgé de 18 ans, atteint d'autisme. Après six ans dans la Fondation Jacques Chirac en Corrèze, il a trouvé pour son fils un emplacement temporaire à la maison d'accueil spécialisée de Boigny-sur-Bionne, à seulement un quart d'heure du domicile familial. Mais le rapatriement de Dylan par un véhicule sanitaire a un coût: 660 euro.

J'étais prêt à monter sur le toit du centre - Sébastien Bouery

La MDPH, la Sécurité Sociale puis le centre en Corrèze se renvoient le problème depuis le début du mois de juin, provoquant la colère de Sébastien Bouery. "Cela fait déjà deux semaines que mon fils devrait être à Boigny-sur-Bionne" explique-t-il. "J'avais posé mes congés payés, je m'étais organisé avec mon travail mais rien n'a bougé. Je suis allé à la MDPH il y a quelques jours et sous la colère, j'étais prêt à monter sur leur toit."

Sébastien Bouery est désarmé. Il ne peut pas prendre en charge le rapatriement de son fils par le biais du Véhicule Sanitaire Léger (VSL). "Je ne peux pas prendre le risque de l'emmener tout seul en voiture. Il faut un accompagnateur et quelqu'un qui conduit. Je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas-là".

Face aux différentes actions de Sébastien Bouery, l'Agence Régionale de la Santé lui a fait savoir ce jeudi qu'elle étudiait le dossier.

La réaction de Sébastien Bouery, démuni, au micro de France Bleu Orléans.