Société

Loiret : la grippe va rester encore quelques semaines

Par Martin Cotta, France Bleu Orléans dimanche 22 février 2015 à 17:37

Le cabinet de SOS Médecins à Orléans n'a pas désemplit ce week end

Alors que les hôpitaux du département sont débordés, que les médecins généralistes sont surchargés, l'épidémie de grippe atteindra son pic en début de semaine d'après certains médecins.

Patience et courage . Ces deux mots ne sont peut-être pas le meilleur moyen de soigner la grippe mais ils sont les qualités nécessaires pour faire face à la maladie . Car* la grippe va encore rester "deux ou trois semaines* " d’après Thierry Prazuck le chef du service des maladies infectieuses et tropicales du CHR d'Orléans . Arrivée plus tard cette année, c'est-à-dire un peu après noël, l’épidémie disparaîtra donc aussi plus tard. Dans le Loiret le taux de grippe s’évalue à 900 cas pour 100 000 habitants** .

"Aujourd’hui on est dans le rouge sur la région, sur le département et sur Orléans. On espère entamer la décroissance très prochainement" explique Thierry Prazuck. La bonne nouvelle c’est en fait les vacances scolaires. "On mettra un terme à l’épidémie grâce à la diminution de la population qui part en vacances notamment " d’après le médecin.

Hôpitaux, médecins, SOS médecins… tous débordés !

Le CHR d’Orléans et l’hôpital de Montargis sont en ce moment dans une situation de tension. Les personnels manquent de lit pour pouvoir accueillir tous les patients. Et ce malgré le plan Orsan (Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) déclenché vendredi par Marisol Touraine la ministre de la santé.

A Orléans ce week-end le cabinet de SOS Médecins , rue de Chanzy, a été pris d’assaut par des dizaines de patients. Il fallait attendre au moins une heure (et parfois sous la pluie) pour se faire soigner. "Je ne sais pas si on va avoir la force d’attendre pour récupérer nos médicaments " plaisantait Cyril accompagné de sa femme et de sa petite fille fiévreuse. D’autres s’agacent comme Bruno : "Le problème c’est que l’on attend dehors dans le froid et sous la pluie alors que l’on est malade !".

Et quand ce n’est pas la grippe, c’est la rhinopharyngite, la gastro et même la varicelle.

 

Le taux d'incidence de la grippe depuis 2009 - Aucun(e)
Le taux d'incidence de la grippe depuis 2009

 

 

"(...) attendre une heure ou deux pour avoir des médicaments..."