Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché dans les Vosges pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes

Loiret : les pharmaciens impatients de pouvoir participer à la campagne de vaccination

-
Par , France Bleu Orléans

Alors que la Haute autorité de santé vient de recommander que tous les vaccins contre le Covid-19 puissent être injectés par les pharmaciens, les infirmiers et les sages femmes, dans les officines du Loiret, les professionnels s'impatientent. Ils veulent pouvoir rapidement vacciner.

Les pharmaciens du Loiret e savent même pas quand ils pourront lancer la campagne de vaccination.
Les pharmaciens du Loiret e savent même pas quand ils pourront lancer la campagne de vaccination. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Nos pharmacies vont elles pouvoir vacciner prochainement ? La Haute autorité de santé (HAS) recommande désormais que les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes puissent à leur tour injecter tous les vaccins contre le Covid-19, afin d'accélérer la campagne de vaccination. Jusqu'ici, ce n'était recommandé que pour l'AstraZeneca. Mais dans les faits, dans le Loiret, les pharmaciens ne savent même pas quand ils pourront lancer la campagne

Pourtant, la profession est prête, estime Jean-Marc Franchi, le président de la fédération des pharmaciens du Loiret. Dans sa pharmacie, les doses pourront trouver leur place dans "une armoire réfrigérée dernier cri, il y a de la place, de toute façon je ne pense pas en recevoir des milliers de doses", dit-il le sourire dans la voix. La vaccination, elle, se fera à l'étage, à l'abri des regards, dans une salle dédiée. "Tout est prêt. C'est le même schéma que pour la grippe saisonnière, on a les locaux, on a tout." Mais faute de vaccins, la campagne est au point mort. "Théoriquement on devrait commencer la vaccination début mars, pour le moment, on attend."

Des patients qui attendent la vaccination avec impatience 

Pour Jean-Marc Franchi, si la France veut pouvoir un donner un coup d'accélérateur à la campagne, il faut que les pharmaciens entrent rapidement en jeu. "Le pharmacien est disponible. On prend pas rendez-vous, on vient directement chez lui. Le pharmacien a une croix verte qui est présente sur tout le territoire, à la campagne, à la montagne, ou la ville. Aujourd'hui, pour se faire vacciner, quand vous êtes à la campagne ou quoi, c'est un désert médical le Loiret ! Le fait qu'il y ait un pharmacien, lui pourra vacciner. C'est un plus pour la population."

Plusieurs pharmaciens du centre d'Orléans confirment que l'engouement, du côté des patients, est bel et bien là. "On a des demandes pour faire partie de la liste d'attente." D'ailleurs Aurore, qui vient de se faire dépister du Covid-19, est sur la même ligne. "Les pharmaciens savent très bien faire les vaccins, je ne vois pas pourquoi on n'irait pas chez eux, en plus c'est à proximité, il n'y a pas de rendez-vous. Ce serait mon choix." Son de cloche identique pour Frédérique, qui a hâte de voir la vaccination arriver chez son pharmacien, pour "que ce soit simplifié, que les choses se fassent et que l'on soit débarrassé de tout cela. Je lui fais confiance. J'ai déjà été vaccinée contre la grippe, et il n'y a pas eu de soucis." Seul obstacle à lever donc, désormais, savoir combien de doses seront livrées, et quand.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess