Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Longue vie à Eliot, le premier bébé de l'année en Mayenne

mardi 1 janvier 2019 à 14:05 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Eliot est né la nuit dernière, à 00h46, à la maternité du centre hospitalier de Laval.

Le bébé Eliot et sa maman Blandine à la maternité de Lavak
Le bébé Eliot et sa maman Blandine à la maternité de Lavak © Radio France

Chailland, France

Eliot dort dans les bras de sa maman, Blandine, une femme comblée et heureuse. Le bébé rejoindra vendredi ou samedi son petit frère de 22 mois, Rafaël, et son papa, Fabien, dans la maison familiale de Chailland. 

Eliot pesait à la naissance un peu plus de 3 kilos. Tout est allé très vite pour Blandine qui a rejoint, dans la soirée du 31 décembre, la maternité lavalloise. L'accouchement n'était pourtant prévu que le 10 janvier. Vers minuit, les premières grosses contractions et 45 minutes plus tard, le premier bébé de la nouvelle année, en Mayenne, venait au monde. Félicitations aux parents. 

Aujourd'hui, Blandine pense également aux futures mamans qui devaient accoucher à Mayenne. 

En manque de médecins anesthésistes, le centre hospitalier du nord-Mayenne a été contraint de fermer sa maternité pendant trois semaines. Une trentaine de femmes enceintes vont donc devoir être réorientées vers Laval. 

"Je trouve ça inadmissible qu'on puisse enlever des services aussi importants. On donne la vie ! Je ne comprends pas qu'on puisse arrêter tout ça pour des raisons financières. C'est dur à entendre" confie Blandine à France Bleu Mayenne