Société

La gendarmerie à temps complet à Bernécourt en Meurthe-et-Moselle, c'est terminé

Par Mathieu Barbier, France Bleu Sud Lorraine mercredi 31 août 2016 à 12:48

Gendarmerie de Bernécourt
Gendarmerie de Bernécourt © Radio France - Mathieu Barbier

Après plus de deux siècles de présence, la gendarmerie nationale va quitter ce jeudi Bernécourt commune de l'ouest meurthe-et-mosellan. Une permanence sera maintenue deux demi-journées par semaine. Pas de quoi rassurer les habitants et surtout le maire de ce petit village.

Bernécourt compte 200 âmes. La gendarmerie se trouve au bout de la rue principale, à 100 mètres de la mairie. Une grande bâtisse, la plus grande de la commune, volets clos pour la plupart. Mais ce jeudi, c'est la fin de sa présence permanente dans le village. La brigade comptait sept gendarmes, quatre sous-officiers et trois adjoints volontaires. Ils vont rejoindre la brigade de Liverdun dont l'effectif va approcher la vingtaine de gendarmes.

C'est un crève-cœur pour les villageois

Cette fermeture était dans les tuyaux depuis plusieurs mois. L'état-major de la gendarmerie départementale n'a pas reçu l'autorisation de la préfecture pour s'exprimer. Tout juste sait-on que cette fermeture est de nature à permettre une meilleure mutualisation, une meilleure rationalisation des moyens.

C'est un sentiment d'abandon manifeste" - Daniel Buvet, maire de Bernécourt et ancien gendarme

La gendarmerie a promis de maintenir deux demi-journées de permanence par semaine. Pas de quoi rassurer le maire de la commune, lui-même ancien gendarme, Daniel Buvet : "C'est un crève-cœur parce que la gendarmerie faisait partie du paysage. C'est un sentiment d'abandon manifeste. D'autres administrations ont déjà déserté les territoires ruraux. La gendarmerie va se retrouver à 20, 30 ou 40 kms de l'intervention " précise l'élu, en poste depuis 2004.

Les habitants sont, eux, partagés entre la nostalgie de voir partir "leurs" gendarmes et l'impression d'un seul coup de se sentir moins en sécurité.

Partager sur :