Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Centre-Val-de-Loire : la ministre des Sports lance une expérimentation sur l'honorabilité des bénévoles dans le foot

Roxana Maracineanu, ministre des Sports, est à Orléans ce vendredi. Elle vient lancer une expérimentation en lien avec la Ligue du Centre de football pour contrôler l'honorabilité des bénévoles qui encadrent les jeunes dans les clubs de la région. Objectif : lutter contre les violences sexuelles.

Roxana Maracineanu, ministre des sports, ici avec le président de la fédération française de football, le 10 septembre 2019, au stade de France
Roxana Maracineanu, ministre des sports, ici avec le président de la fédération française de football, le 10 septembre 2019, au stade de France © Maxppp - Guillaume Georges

La ministre des Sports est présente à Orléans, au siège de la Ligue du Centre de football ce vendredi matin. Roxana Maracineanu vient lancer officiellement une expérimentation relative à l'honorabilité des bénévoles dans les clubs de football des six départements de la région Centre Val-de-Loire. En clair, la fédération va vérifier le bulletin n°2 du casier judiciaire de 2550 bénévoles (750 éducateurs fédéraux et 1800 dirigeants de clubs, trésoriers, présidents, secrétaires). Et en cas de condamnation pour infractions sexuelles, ces bénévoles seront "exclus" par la Ligue.

Expérimentation lancée dans 601 clubs de foot pour le moment

Roxana Maracineanu, invitée sur France Bleu Orléans ce vendredi matin, précise que cette expérimentation menée dans 601 clubs de football des six départements du Centre-Val-de-Loire va durer jusqu'en mai 2020. L'objectif est d'étendre ce dispositif, d'ici 2024, à tous les sports, et de se baser non plus sur les extraits de casiers judiciaires (effacés au bout de dix ans), mais sur le fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes qui recense à vie ces infractions. 

Lorsqu'on est en contact avec des enfants, il faut être irréprochables"

"Vous savez, des violences sexuelles, il y en a dans la sphère familiale, dans la société générale et évidemment, il y en a dans le sport aussi. L'environnement y est plus propice, j'allais dire, à ce qu'il y ait des problèmes, car dans certains sports, lorsqu'on est en contact avec des enfants, qu'on va enseigner des choses et être au contact physique avec les enfants, il faut qu'on soit irréprochables et qu'on n'ait pas eu un passé ou des tendances actuelles qui font qu'on met en danger le bien-être et la vie des enfants. C'est de notre devoir de veiller à ça", expose la ministre des Sports.

Peur de faire fuir les bénévoles ?

Ces contraintes supplémentaires ne risquent-elles pas de faire fuir les bénévoles ? "Non", répond Roxana Maracineanu : "c'est une manière de donner un statut aux bénévoles, de les informer de ce qu'on met en place pour eux. Les présidents de clubs fourniront la liste des bénévoles et on les informera sur les avantages, on pourra réfléchir par exemple à une licence à zéro euro pour les bénévoles."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess