Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Loto du patrimoine : 250 lieux retenus, treize "sites emblématiques" sur des tickets de grattage

mercredi 4 avril 2018 à 11:56 - Mis à jour le mercredi 4 avril 2018 à 15:09 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Le loto du patrimoine, initié par Stéphane Bern, chargé de mission par l'Élysée, sera lancé en septembre prochain pour financer la sauvegarde de 250 sites français. Des jeux a gratter seront mis en vente, et un tirage spécial du loto sera effectué à la veille des Journées du patrimoine.

Le couvent de Pino, en Corse, est l'un des monuments qui bénéficieront du loto du patrimoine.
Le couvent de Pino, en Corse, est l'un des monuments qui bénéficieront du loto du patrimoine. © AFP - Jean-Daniel Sudres/Hemis

Le loto du patrimoine, initié par Stéphane Bern, va bénéficier à 250 sites en France, a annoncé l'animateur chargé de mission par l'Élysée mardi soir. L'opération prendra la forme d'un tirage spécial du loto, mais aussi d'un jeu de grattage. Treize ouvrages figureront en photo sur les tickets à gratter : "Parmi les 250, il y aura des sites ambassadeurs emblématiques", a annoncé Stéphane Bern. Mais les bénéfices financeront des opérations de sauvegarde pour les 250 sites sélectionnés.

Le gouvernement espère entre 15 et 20 millions de recettes 

En complément du jeu de grattage, dont les tickets seront vendus 15 euros début septembre, un tirage spécial aura lieu le 14 septembre, veille des Journées européennes du Patrimoine. Ses recettes, estimées par le gouvernement entre 15 et 20 millions d'euros, seront affectées à un fonds spécifique baptisé "Patrimoine en péril". Il pourra financer les réhabilitations de sites recensés par Stéphane Bern, mais aussi des sites confiés au Centre des Monuments nationaux.

Châteaux, jardins, lavoirs, puits, moulins ou fontaines

Selon la liste publiée la semaine dernière dans Le Point par l'animateur, des lavoirs, des moulins, des fontaines, des puits, des jardins et des châteaux seront concernés. Le théâtre à l'italienne de Bar-le-duc (Meuse), les maisons de la cantatrice française Pauline Viardot à Bougival (Yvelines) ou de l'écrivain Pierre Loti à Rochefort (Charente-Maritime) sont notamment cités, ainsi que le Château de Château-Thierry (Aisne), le couvent de Pino (Corse) ou la Rotonde ferroviaire de Montabon (Sarthe). Le Mausolée "Gloriette de Jean Rameau" à Cauneille (Landes) est également retenu, tout comme une orangerie de La Jonchère-Saint-Maurice (Haute-Vienne) et la Chapelle templière de Libdeau, à Toul (Meurthe-et-Moselle) .

"Enfin, on a trouvé un président qui aime le patrimoine", dit Stéphane Bern 

La semaine dernière, Stéphane Bern avait laissé entendre que la liste des 250 lieux présélectionnés serait affinée. Mais"Finalement non, on ne va pas aujourd'hui la réduire à 120", indique-t-il dans Le Parisien ce mercredi, au lendemain de la réunion du comité de sélection à l'Elysée. "Cette liste a suscité tellement d'espoirs qu'on ne peut pas les décevoir. Mais attention, seuls les 'emblématiques' seront entièrement financés, les autres, nous pourrons simplement les aider", précise-t-il. "L'engagement du président de la République est extrêmement important. Enfin, on a trouvé un président qui aime le patrimoine", a confié l'animateur à l'AFP.

Un quart des monuments protégés sont en mauvais état 

Selon Stéphane Bern, l'opération sera lancée officiellement en mai par le chef de l'Etat lors d'un déplacement à la maison Pierre Loti à Rochefort. Selon la ministre de la Culture Françoise Nyssen, "un quart des monuments protégés sont jugés en mauvais état et 5%, soit environ 2.000 monuments, sont considérés en état de péril".