Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Louis Cortot, compagnon de la Libération côte-d'orien, est décédé

lundi 6 mars 2017 à 11:47 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Bourgogne

Louis Cortot était l'un des derniers compagnons de la Libération. Le Côte-d'Orien est mort à l'âge de 91 ans ce dimanche.

Louis Cortot
Louis Cortot - Ordre de la Libération

Louis Cortot était né le 26 mars 1925 à Sombernon en Côte d'Or rappelle l'ordre de la Libération dans sa biographie. Ce Côte-d'Orien avait rejoint la Résistance à 15 ans et était l'un des derniers compagnons de la Libération. Il est décédé ce dimanche 5 mars à l'âge de 91 ans. Sans lui désormais, ils ne sont plus que 12 compagnons encore vivants.

François Hollande lui rend hommage

Né à Sombernon, Louis Cortot quitte la Côte-d'Or en 1937 pour s'installer en région parisienne avec ses parents. C'est là qu'il passe son certificat d'études. C'est à seulement 15 ans qu'il rejoint la Résistance. Devenu ajusteur, il fabrique à l'usine les bombes qu'il utilisera pour mener à bien plusieurs missions de sabotage en région parisienne : déraillement d'un train de tanks, attaque d'un convoi des Jeunesses hitlériennes, destruction en 1942 d'un bureau d'embauche d'ouvriers français volontaires pour le travail en Allemagne. Il est grièvement blessé lors des combats de la Libération en août 1944.

"Il est resté toute sa vie fidèle aux idées du Conseil national de la résistance"

Ce dimanche soir, François Hollande en personne lui a rendu hommage dans un communiqué de l'Elysée : "Il avait voulu transmettre aux nouvelles générations l'esprit de la Résistance", se souvient le président de la République. "Le 8 mai 2015, il avait remis les prix du Concours national de la Résistance et de la Déportation, il nous avait livré son dernier message: +rester vigilants, ne jamais accepter les injustices, agir, non pas parce qu'on est sûr de réussir, mais parce que c'est juste+. Ces mots résonnent plus que jamais aujourd'hui", a encore souligné François Hollande.