Société

Louise et Gabriel en tête du palmarès des prénoms pour 2017

Par Géraldine Houdayer et Vincent Mangin, France Bleu jeudi 20 octobre 2016 à 8:29

Louise est en tête pour les filles, tandis que les prénoms en "o" gardent la cote pour les garçons.
Louise est en tête pour les filles, tandis que les prénoms en "o" gardent la cote pour les garçons. © Maxppp - Laurent Thevenot

L'édition 2017 de "L'officiel des prénoms" sort ce jeudi en librairie. Et selon son auteur, il y aura 5.000 Louise et 6.000 Gabriel de plus en France l'an prochain. Les prénoms rétro gardent donc la cote, tout comme ceux finissant en "a" et en "o".

L'édition 2017 de "L'officiel des prénoms" sort ce jeudi en librairie. Depuis près de 20 ans, son auteur s'appuie sur les statistiques de l'INSEE et sur les registres d'état civil pour établir ce palmarès. En tête du palmarès, Louise pour les petites filles, et Gabriel pour les garçons. Les prénoms rétro gardent donc la cote, mais c'est aussi le cas des prénoms finissant en "a" et en "o".

Les prénoms rétro gardent la cote

Chez les filles, c'est le trio Louise, Jade et Emma qui forme la tête du palmarès. Chez les garçons, derrière Gabriel, on trouve Jules, Raphaël et Léo . Pour l'auteur de "L' officiel des prénoms", des tendances se dessinent : les prénoms rétro comme Louise, mais aussi Rose ou Alice ont la cote. Des prénoms qui commencent à bousculer les prénoms en "a" , qui restent néanmoins bien présent dans le top 20, avec Emma, Léa, Lina, Mila , Léna ou Anna.

Les prénoms multiculturels cartonnent chez les garçons

Chez les garçons aussi, on se tourne vers le siècle dernier pour trouver des idées, avec Louis, Jules ou Paul. On voit aussi apparaître les prénoms multiculturels, comme Adam, qui plait à tout le monde : catholiques, juifs, musulmans, croyants ou pas, ce prénom décroche la première place dans les plus grandes villes de France, et plait beaucoup aux couples mixtes à Paris, Lyon, Marseille ou Nice.

Les prénoms composés en voie de disparition

Certains prénoms, qui sont beaucoup données, sont liés à l'actualité. C'est le cas de Charlie, dont la cote n'a cessé de monter dans les années 2000, et qui avait même réussi a détrôner Charles. Mais les attentats contre l'hebdomadaire du même nom ont brisé la carrière de ce prénom mixte en janvier 2015 : 400 garçons et 600 filles ont été ainsi prénommé en 2015, soit deux fois moins que l'année précédente. En revanche, les prénoms composés ont disparu. Les terminaisons en "a", elles, confirment leur succès avec huit présences dans le top 20.

Partager sur :