Société

Lourdes : un pèlerinage du 15 août sous haute surveillance

Par Yannick Damont, France Bleu Béarn et France Bleu mercredi 10 août 2016 à 16:03

Des militaires patrouilleront au pied de la grotte de Massabielle durant tout le pèlerinage.
Des militaires patrouilleront au pied de la grotte de Massabielle durant tout le pèlerinage. © Radio France - AL.

La surveillance autour des Sanctuaires de Notre-Dame de Lourdes n'a jamais été aussi importante depuis la venue du pape Benoit XVI.

Le pèlerinage national du 15 août commence ce jeudi. 30 000 personnes sont espérées lundi au plus fort de cette 143e édition. Le niveau de sécurité a encore été relevé autour des Sanctuaires. Après l'attentat de Nice et l'assassinat d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray, la fouille est systématique aux entrées  - réduites à trois au lieu de douze habituellement. 250 gendarmes, policiers et CRS sont mobilisés pour patrouiller avec démineurs et équipes cynophiles. Depuis lundi déjà, la circulation des véhicules est interdite aux abords des Sanctuaires.

Dans le contexte actuel, ce pèlerinage avec la traditionnelle « prière pour la France » le 15 août pouvait être perçue comme une cible potentielle, même si à la connaissance de l'évêque de Tarbes et Lourdes Mgr. Nicolas Brouwet, il n'y a pas d'alerte particulière pour Lourdes.

Pour l'évèque de Tarbes et Lourdes Monseigneur Nicolas Brouwet, il fallait prendre en compte le risque d'attentat.

L'an dernier 30 000 personnes étaient venues à Lourdes pour le 15  août

Depuis le début de l'été les commerçants lourdais ont vu moins de visiteurs et parlent pour certains d'une « ambiance pesante ». Il pourrait donc y avoir moins de monde durant ces quatre jours de pèlerinage. 6000 fidèles sont attendues dans le cadre du pèlerinage national. C'est un millier de moins que l'an dernier. Les jeunes catholiques cette année ont privilégié les JMJ en Pologne. Elisabeth De Place, Présidente de l'hospitalité de N.D. du Salut assure qu'il n'y a pas eu de désistements en raison de la peur des attentats.

Pas de désistements en raison de la peur des attentats selon Elisabet De Place

Ce pèlerinage a du s'adapter aux exigences de sécurité. La procession d'ouverture qui part habituellement de la ville haute restera au coeur du site. La nuit de prière a également été transformée en une simple veillée.