Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol : des scientifiques lancent une étude sur les conséquences sanitaires de l'incendie

À Rouen, un groupe de scientifiques lance un appel à contributions pour mener une étude sur les conséquences sanitaires de l'incendie de Lubrizol.

Un groupe de scientifiques lance un appel à contributions pour étudier les conséquences sanitaires de l'incendie de Lubrizol
Un groupe de scientifiques lance un appel à contributions pour étudier les conséquences sanitaires de l'incendie de Lubrizol © Radio France - Thomas Schonheere

Rouen, France

Un groupe de scientifiques de l'université de Rouen, formé fin octobre, enquête sur les conséquences sanitaires de l'incendie de Lubrizol. L'un de ses membres, Maxime Debret, maître de conférence et enseignant-chercheur, demande ce lundi 4 novembre 2019 sur France Bleu Normandie aux habitants de l'agglomération de transmettre leurs photos et informations par mail à maxime.debret@univ-rouen.fr :

Nous sollicitons toute la population qui s'est sentie sous le panache de fumée pour nous envoyer des photos, des preuves, des traces de suie, d'amiante, de débris quels qu'ils soient

Les experts procèdent ensuite à un travail de vérification : "Dans un premier temps, on reçoit les images donc on doit les traiter une par une, c'est beaucoup de travail, mais l'idée, c'est vraiment de retracer le panache de fumée pour [avoir une idée précise de] de ce qui s'est déposé."

Ce groupe réalise également des prélèvements sur les sols. Cette enquête sur le long terme vise à déterminer l'impact ou non du panache de fumée sur la santé des habitants : "Il y a les démarches officielles qui sont là pour assurer la sécurité des populations dans un premier temps. Nous, scientifiques, nous arrivons dans un deuxième temps pour s'inscrire dans la durée. On va instrumenter les sites, [prendre] plus de temps pour travailler spécifiquement sur ce qui a été respiré." 

Savoir comment l'environnement a capté tous ces contaminants, cela prend du temps !

Maxime Debret insiste sur l'aspect scientifique et dépassionné de la démarche : "Il faut se dire qu'il y a entre 400 et 500 produits qui ont été mélangés, qui ont brûlé et c'est très compliqué de savoir [quel est leur impact] et on ne peut pas savoir ça en une dizaine de jours. Donc, nous nous inscrivons un peu plus dans le temps."

Et de rappeler que le but n'est pas d'affoler encore plus la population : "On a besoin de savoir comment l'environnement a capté tous ces contaminants, s'il y en a eu... Encore une fois, ce serait étonnant qu'il n'y en ait pas mais ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué, voyons les résultats ! Et nous verrons comment l'environnement a réagi, que ce soit les sols, les sédiments, la Seine, les cours d'eau et la végétation."

Déjà des traces de l'activité de l'homme sur ces sols !

Maxime Debret rappelle les difficultés de ce travail : "On affiche beaucoup Lubrizol mais il faut savoir que les sols avant étaient déjà contaminés. Attention, quand on dit 'contaminé', il n'y a pas tout de suite derrière un terme de toxicité, ça veut dire qu'il y avait déjà des traces de l'activité de l'homme et il va falloir déterminer ce seuil-là, avant de savoir ce que l'incendie de Lubrizol a pu amener en plus sur ces sols déjà un peu impactés."

Dans l'affaire Lubrizol, une enquête confiée à des juges d'instruction parisiens est en cours, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui". Également, une enquête de santé aura lieu en mars prochain, sous forme de questionnaire couplée à quelques examens médicaux.

Pour contacter l'université de Rouen, vous pouvez faire un tour sur leur site.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu