Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol : nouvelle étape vers la réouverture de l'entreprise à Rouen

Moins d'un an après l'incendie de Lubrizol, l'entreprise devrait pouvoir reprendre une partie de son activité, le conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques rend ce mardi un avis favorable. Le site avait déjà rouvert partiellement fin 2019.

L'entreprise Lubrizol avait déjà obtenu une première autorisation d'ouverture partielle fin 2019.
L'entreprise Lubrizol avait déjà obtenu une première autorisation d'ouverture partielle fin 2019. © Radio France - Rudy Pupin

La décision n'est pas encore officiellement adoptée, mais l'avis favorable rendu ce mardi par le conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques laisse peu de place au doute. Sur un total de 24 membres, quatre ont voté contre et deux se sont abstenus. Lubrizol devrait donc bien être autorisé à élargir ses activités.

Un arrêté pour vendredi ?

Après une première autorisation pour deux ateliers, fin 2019, l'entreprise rouennaise souhaite désormais rouvrir un atelier de dispersants. Trois contraintes ont été imposées par les services de l'Etat : améliorer les moyens de détection des incendies, les moyens d'extinction et augmenter le stockage des eaux permettant d'éteindre, si besoin, des incendies.

"Ces deux étapes ne sont pas soumises à la réglementation Seveso, précise Isabelle Striga, directrice générale de Lubrizol. Ce sont des réactions qui ne présentent pas plus de risques que d'autres dans l'industrie. Par ailleurs, nous continuons d'opérer avec très peu de stock sur le site, ce qui est un gros changement." Mais la maire de Petit-Quevilly, l'une des communes particulièrement touchées par l'incendie, Charlotte Goujon, s'interroge : "les odeurs nous font replonger continuellement dans cette journée du 26 septembre. Malgré toutes les remontées qu'on a pu faire depuis cette date, on n'a toujours pas avancé sur cette question de la communication. C'est ce qui me fait dire que Lubrizol n'est pas encore prêt à reprendre ses activités."

Toutes ces mesures vont maintenant être soumises à Lubrizol et au comité pour la transparence et le dialogue, qui réunira ce vendredi plusieurs acteurs locaux, dont des associations environnementales et des élus du secteur. La réouverture ne sera effective qu'à la fin de tout ce processus, quand le préfet de Seine-Maritime prendra un arrêté en ce sens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess