Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Luchon : à 100 ans, Mme Alix tient toujours sa boutique de photos

lundi 1 octobre 2018 à 3:40 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie et France Bleu

À Luchon, en Haute-Garonne, Henriette Ardouin, alias Mme Alix vient de fêter ses 100 ans, et n'a toujours pas décidé de prendre sa retraite. Elle tient toujours la même boutique de photos depuis 1948.

La boutique de Mme Alix est remplie de cartes, de photos et de souvenirs
La boutique de Mme Alix est remplie de cartes, de photos et de souvenirs © Radio France - Vanessa Marguet

Bagnères-de-Luchon, France

C'est une figure de la ville ! À Luchon, dans les Pyrénées haut-garonnaises, toute le monde connaît Madame Alix, Henriette Ardouin de son vrai nom. Et pour cause ! Elle a fêté ses 100 ans le 6 septembre dernier et elle tient toujours sa boutique de photos, chez Alix, sur les allées d'Etigny, au centre ville. 

Du lundi au dimanche, elle est là, derrière le comptoir, petite, menue, élégante avec son gilet vert et ses bijoux assortis. Cette charentaise d'origine est arrivée dans la cité thermale en 1948. Elle raconte : "j'ai été embauchée par le photographe de Tarbes Georges Eyssalet qui avait à l'époque plusieurs magasins Alix dans les Pyrénées". Elle n'en est jamais partie et les Luchonnais se sont attachés à elle.

Je la connais depuis tout petit, elle est inchangée depuis toutes ces années. C'est le même petit bout de femme, mignonne, blonde, qui tient sa boutique,  le même sourire... et puis le numérique est arrivé et elle s'est mise à la page - Frédéric, un voisin

De l'argentique au numérique

Henriette Ardouin a longtemps développé les photos des autres. Elle passait beaucoup de temps au laboratoire : "on était au moins 15 ici à travailler à la grande époque, on faisait tout sur place et on livrait parfois en une heure de temps. L'argentique c'était formidable. J'ai développé parfois jusqu'à 50 pellicules à la fois" raconte-t-elle, mais sans nostalgie. Henriette sait qu'elle peut mesurer le chemin parcouru au nombre incalculable de photos et de cartes postales exposées dans sa boutique, des photos signées Alix, qu'elle ou ses collègues ont prises. 

Les photos que j'ai prises moi ? Il y en a plein... Là, c'est la vallée des Lys... Là, c'est l'établissement thermal... Là, c'est Luchon sous la neige, c'était splendide ! Mais maintenant, quand il y a de la neige, ils l'enlèvent. C'est idiot.  

Une grande partie des photos de la boutique ont été prises par Mme Alix. - Radio France
Une grande partie des photos de la boutique ont été prises par Mme Alix. © Radio France - Vanessa Marguet

Henriette a assisté à tous les événements marquants de la ville, de la fête des fleurs aux passages du tour de France. Elle a photographié les paysages de montagne, les fleurs, mais aussi les sœurs Lafforgue , les championnes de ski qui ont commencé leur carrière à Luchon. En 70 ans de carrière, elle a aussi vu Luchon évoluer derrière son objectif. 

J'ai fait des photos de la gare de Luchon quand il y avait encore les trains directs de Paris. Il y avait beaucoup plus de monde. On avait une quarantaine d'hôtels ici. 

Jusqu'au bout

Aujourd'hui, Henriette ne prend presque plus de photos. Elle se contente de vendre les anciennes, ainsi que des cartes postales ou des magnets. Mais elle ouvre tous les jours la boutique et les gens passent la saluer. Sa voisine, Véronique Villemur, qui tient le commerce de décoration situé juste à côté, vient voir tous les matins comment elle va.

On surveille. Une fois, elle s'est cassée le col du fémur. Tout le monde pensait qu'elle allait arrêter son activité. Mais elle est revenue, comme avant, sans canne, sans rien. Elle est extra ! - Véronique Villemir, la commerçante voisine

Ce magasin, c'est le moteur de Mme Alix, elle ne s'est jamais mariée, n'a pas d'enfant. C'est toute sa vie. D'ailleurs elle le dit : 

Je ne peux pas m'en passer. J'irai jusqu'au bout, tant que j'ai la santé ! 

Mme Alix travaille dans cette boutique depuis 1948. Elle a un peu officié aussi dans celle de Superbagnères. - Radio France
Mme Alix travaille dans cette boutique depuis 1948. Elle a un peu officié aussi dans celle de Superbagnères. © Radio France - Vanessa Marguet

Reportage dans la boutique de Mme Alix