Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Lutte contre la radicalisation : la mairie de Strasbourg va former 150 employés

mardi 12 juillet 2016 à 10:44 Par Olivia Cohen et Marie-Thérèse Koehler, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Quelque 150 employés de la mairie de Strasbourg seront formés pour apprendre à réagir face à des cas de radicalisation potentielle ou à des paroles contraires à la laïcité et aux valeurs républicaines. Les formations commenceront en septembre 2016/

Être mieux armé pour réagir face à des cas de dérive potentiels, c'est le but de ce projet de formation
Être mieux armé pour réagir face à des cas de dérive potentiels, c'est le but de ce projet de formation © Maxppp -

Strasbourg, France

Comment réagir face à un jeune sur le point de basculer ? Dans le cadre de la lutte contre la radicalisation, 150 agents de l'Eurométropole seront formés pour repérer et répondre aux dérives extrémistes, et éventuellement, les signaler. En priorité, ce sont les membres des services sociaux et les animateurs sportifs qui bénéficieront du dispositif.

"Former à la détection, ce n'est pas fliquer !"

Avant d'envisager à proprement parler des cas de radicalisation, les agents municipaux doivent avant tout être mieux armés pour repérer les comportements contraires aux valeurs républicaines. C'est bien le but premier du projet, lancé par le maire de Strasbourg, Roland Ries :

L'idée, c'est : quelle réponse apporter au jeune qui vient dire 'je ne veux pas manger de porc et je ne veux pas manger à côté de quelqu'un qui mange du porc' ? Il faut expliquer en douceur qu'il n'est pas acceptable d'installer des tables séparées pour les gens de confessions différentes."

"Former à la détection, ce n'est pas fliquer", c'est le message de l'adjoint au maire Olivier Bitz, qui pilotera le projet et supervisera les formations : "Nous ne sommes pas dans une logique policière, mais avec ces signalements, nous voulons proposer des prises en charge pour éviter le décrochage par rapport au pacte républicain."

Les formations commenceront en septembre prochain.