Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Lutte contre le décrochage scolaire : une deuxième chance au micro-lycée d'Agen

dimanche 23 août 2015 à 15:20 - Mis à jour le lundi 31 août 2015 à 9:30 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Le lycée Victor Louis de Talence près de Bordeaux, ouvre son "micro-lycée" en cette rentrée 2015 pour "les décrocheurs". Une structure destinée aux jeunes âgés de 18 ans à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme depuis au moins 6 mois, qui a déjà fait ses preuves à Agen. Présentation.

La première promotion du micro-lycée d'Agen
La première promotion du micro-lycée d'Agen © Radio France

Ils seraient 120 à 150 000 à sortir chaque année du collège ou du lycée, sans rien, sans diplôme ou sans qualification. Il y a dix ans, pour eux, est né le premier micro-lycée de France, à Melun. Il en existe aujourd'hui une dizaine en France, dont un depuis la rentrée 2013 en Région Aquitaine et en filière professionnelle. C'est à Agen, au lycée Antoine Lomet.

Le dispositif est destiné aux jeunes âgés de 18 ans à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme depuis au moins 6 mois. L'objectif est de leur remettre à l'étrier : pas seulement leur permettre d'obtenir le Bac (et de poursuivre pourquoi pas en BTS) mais aussi les réinsérer et les aider à trouver un emploi.

Pour les "décrocheurs" de l'Education Nationale

C'est à l'initiative de Gérard Duzan le proviseur de lycée Antoine Lomet d'Agen qu'est né ce projet, il y a 2 ans, pour donner une 2ème chance à ces "décrocheurs" du système scolaire. Lui préfère le terme de "raccrocheurs", plus positif.

"Du sur-mesure selon le proviseur du lycée Lomet d'Agen

Il n'y a pas de profil type d'élèves dans ce micro-lycée. Ce sont juste des jeunes au parcours cabossé, fâchés avec le système scolaire "classique". A l'image de Céline, 23 ans, venue du Gers.

Portrait de Céline l'une des élèves du micro-lycée d'Agen

Les règles de la salle de classe du micro-lycée d'Agen - Radio France
Les règles de la salle de classe du micro-lycée d'Agen © Radio France

Trois fois plus de moyens consacrés que pour une classe ordinaire

C'est un laboratoire pédagogique au service de ces décrocheurs, selon Valérie Bachère, la coordinatrice pédagogique du micro-lycée d'Agen. Mais il n'y a pas de secret selon elle. Avec trois fois plus de moyens consacrés au micro-lycée par rapport à un lycée classique, les chances de réussite sont également multipliées.

Le micro-lycée d'Agen est un laboratoire

Le modèle, la solution?

Avec deux ans de recul, Patrice Lamarque, professeur de sports qui a intégré le projet micro-lycée d'Agen comme ses collègues sur la base du volontariat, dresse un bilan mitigé de la structure. Il n'est pas la solution miracle mais le micro-lycée peut en aider certains.

"Peut-être faudrait-il des micro-lycées dans tous les établissements ?"

La première promotion de 12 élèves du lycée Antoine Lomet d'Agen a passé un Bac pro "Commerce" ou "Gestion/Administration", en juin dernier. Et 9 l'ont obtenu.

Le lycée Antoine Lomet à Agen - Radio France
Le lycée Antoine Lomet à Agen © Radio France

 

Le micro-lycée d'Agen, une main tendue dans un cadre moins strict qu'un lycée classique