Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Lutte contre les abus sexuels dans l'Église : une convention inédite signée à Grenoble avec la justice

Une convention inédite entre plusieurs diocèses de la région (dont celui de Grenoble) et la justice est signée ce vendredi pour lutter contre les abus sexuels dans l’Église. "Il était temps" pour François Devaux, membre de l’association d’aide aux victimes des prêtres pédophiles "la Parole Libérée".

Image d'illustration d'un cahier de prière dans une église : "Seigneur protège les victimes des pédophiles et punis ceux qui les protègent. Honte à eux."
Image d'illustration d'un cahier de prière dans une église : "Seigneur protège les victimes des pédophiles et punis ceux qui les protègent. Honte à eux." © Radio France - Benjamin Illy

Grenoble, France

Les diocèses de Grenoble-Vienne, de Valence et de Gap vont signer ce vendredi un accord inédit avec la cour d’appel de Grenoble. Son but ? Lutter contre les violences pédophiles et autres abus sexuels dans l'Église, en facilitant les suites judiciaires et la communication avec Justice. 

"Tout ce qui peut être fait pour protéger les mineurs des violences sexuelles est une bonne chose", acquiesce François Devaux. Mais pour le membre de l’association d’aide aux victimes des prêtres pédophiles La Parole Libérée, cet accord entre Église et Justice ne devrait pas être nécessaire : "on rappelle juste ici qu’il faut respecter la loi, donc moi je dis bravo", ironise François Devaux, "mais pourquoi est-ce que toutes les autres institutions comme l’Éducation nationale n’ont pas à signer ce type de protocole pour respecter la loi ? " feint-il de questionner. D’après le membre de l’association, l’Église reconnaît via ce protocole "un manque de civisme des évêques français". "Ce protocole montre surtout que les évêques ne respectent toujours pas les lois de la République française". 

"L'Église ne respecte toujours pas les lois de la République française" - François Devaux

"La commission Sauvé (sur les abus sexuels dans l’Église) a recensé 3.400 témoignages d’agressions sexuelles et, jusqu’ici, on constate que les évêques sont incapables de mettre en place de vrais procès pour enrayer des déviances abominables au sein de leur institution" martèle encore François Devaux. Selon lui, l’Église est encore loin d’être exemplaire dans l’accompagnement des victimes de leurs prêtres : "rien que pour que les évêques rencontrent les victimes l’an dernier, il a fallu négocier deux ans". 

François Devaux conclut, pour lui, l’Église est aujourd’hui contrainte de changer : "il y a une prise de conscience de toute l’humanité sur l’attitude de cette institution" constate-t-il. Les efforts de l’Église seraient donc un coup de communication pour garder ses fidèles : _"Dans cinq ans, il y aura 5.000 prêtres en France. Aujourd’hui, on en compte 13.000, alors qu’il y a 30 ans, ils étaient 44.000. L’_Église est obligée de démontrer qu’elle fait les choses bien car la confiance et les fidèles quittent l’institution"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu