Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mai-68 à Bordeaux : Max Roudier, ancien flic, se souvient d'une ambiance de fête

mercredi 2 mai 2018 à 5:39 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

En Mai-68, Max Roudier débutait sa carrière de policier à Bordeaux. Celui qui allait devenir patron de la brigade criminelle se rappelle d'une ambiance de fête où même un jeune flic comme lui aspirait à un plus de libertés.

Max Roudier
Max Roudier © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : vous avez débuté votre carrière le 20 mai 1968 à Bordeaux.  Votre première mission : aller discuter avec les étudiants à la Victoire. Que retenez-vous de ce premier jour de travail ?

Max Roudier : J'avais 22 ans et je sortais tout juste de l'école d'inspecteur. On m'avait demandé d'aller voir les manifestants pour savoir quel chemin ils comptaient emprunter. J'étais en jeans et basket et je me suis retrouvé à discuter avec eux. J'en connaissais certains et on a pu parler d'égal à égal, entre jeunes.  La volonté c'était d'éviter les affrontements comme à Paris. On voulait encadrer les manifestations et éviter la "castagne".

Les étudiants lançaient des pavés à Bordeaux ?

Oui quelque uns mais seulement le 26 mai lors de la fameuse nuit des barricades. Ce soir là les gendarmes mobiles sont entrés dans la danse et cette danse a été un petit peu plus violente. Mais la résistance n'a pas duré très longtemps. A Bordeaux il y a eu des manifestations, des cris et des chants mais c'était tout de même joyeux.  Il y avait une aspiration de la jeunesse à se libérer. On était dans une société corseté.  Y compris dans la police on avait besoin de plus de liberté.

Comment expliquez-vous la "calme relatif" des événements à Bordeaux ?

Mais Bordeaux est une ville de raison ! Ce n'est pas seulement Mai-68 d'ailleurs. Même quand dernièrement les banlieues se sont enflammées Bordeaux, elle, est restée relativement calme. Ce n'est pas pour rien que c'est une terre radicale où les affrontements se font à fleurets mouchetés. 

Mai 68, Place Pey Berland, Bordeaux - Maxppp
Mai 68, Place Pey Berland, Bordeaux © Maxppp - maxppp