Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mai-68 à Bordeaux : un mouvement dur et joyeux à la fois se souvient Joëlle Dusseau

mercredi 2 mai 2018 à 10:16 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

L'ancienne sénatrice de la Gironde, également historienne et maire adjointe à Eysines vient de publier aux éditions Geste "Mai 68 à Bordeaux", co-écrit avec Pierre Brana. Elle se souvient d'un mouvement à la fois très contestataire, mais aussi très joyeux.

Joëlle Dusseau était étudiante à Bordeaux en mai 1968
Joëlle Dusseau était étudiante à Bordeaux en mai 1968 © Radio France - Aurélie Bambuck

Bordeaux, France

Si les événements parisiens de Mai-68 ont été les plus célèbres et les plus médiatisés, les grandes villes comme Bordeaux n'ont cependant pas été en reste à l'époque. Chez nous aussi, de nombreux blocages d'usines et de manifestations de salariés ont eu lieu à cette époque. Joëlle Dusseau se souvient aussi de l'importance du mouvement étudiant et de ces sittin' interminables à Bordeaux sur la place de la Comédie ou sur la place de la Victoire.

L'importance de l'opinion publique

L'ancienne sénatrice PS estime que la réussite du mouvement en Mai-68 a été totale en grande partie grâce à l'opinion publique qui était derrière les manifestants. C'est d'ailleurs à ses yeux ce qui fait la différence d'un conflit à l'autre, et qui explique aujourd'hui la difficile convergence des luttes que la CGT notamment appelle de ses voeux.

Un certain laxisme des CRS

Quant aux violences commises hier à Paris dans le cortège du 1er mai par des casseurs, elles n'ont rien à voir à ses yeux avec celles commises en mai 1968. L'ancienne sénatrice PS dénonce un certain laxisme des CRS et s'étonne que "des manifestants cagoulés et avec des sacs à dos se soient retrouvés en tête de cortège sans être inquiétés".

A lire aussi: polémique à Paris après les violences du 1er Mai