Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

Mai-68 en Auvergne : 50 ans après, revivez les événements avec les témoins de l’époque

jeudi 26 avril 2018 à 11:28 Par Dominique Manent, Isabelle Gaudin et Géraldine Marcon, France Bleu Pays d'Auvergne

Il y a 50 ans, en mai et juin 1968, un immense mouvement de révolte secoue la France.Toute la semaine, retrouvez les étudiants qui ont mené la fronde mais aussi les ouvriers et les agriculteurs qui ont suivi le mouvement en Auvergne.

Comme ailleurs, à Clermont-Ferrand le mouvement de mai 68 a commencé avec les étudiants et s'est ensuite propagé, notamment aux salariés Michelin
Comme ailleurs, à Clermont-Ferrand le mouvement de mai 68 a commencé avec les étudiants et s'est ensuite propagé, notamment aux salariés Michelin - © Martine Neny Slama

Clermont-Ferrand, France

Comme au niveau national, le mouvement de Mai-68 commence dans les universités. Le 3 mai, des étudiants envahissent la Sorbonne et des affrontements éclatent avec les forces de l'ordre. La ville de Clermont-Ferrand est très vite gagnée par la fièvre. Dès le 6 mai, le mouvement démarre à l'université avec des manifestations d'étudiants accompagnés d'enseignants.

1/ Les étudiants lancent le mouvement

A Clermont-Ferrand, très tôt, les étudiants s’organisent. Le grand amphi de la fac de lettres accueille les Assemblées Générales. Plusieurs courants politiques s’affrontent et les discussions n’en finissent plus. On installe des dortoirs pour occuper les lieux, sous l’oeil bienveillant du Doyen de la faculté. Dès le 6 mai, les premiers tracts sont prêts.

2/ La mobilisation des ouvriers Michelin

Les étudiants ne seront pas les seuls à se mobiliser. Le monde ouvrier porte  ses propres revendications : augmentation des salaires, conditions de travail, reconnaissance du droit syndical … Chez Michelin les syndicats appellent à la grève. On veut refaire le monde mais on veut aussi faire la fête. Aux Carmes, un bal permanent est organisé. On danse et on chante !

3/ La protestation s'étend à toute l'Auvergne

Les grandes villes n’ont pas le monopole de la contestation. Brioude, en Haute-Loire, est gagnée par la fronde. Evelyne, lycéenne de 18 ans, découvre la politique. Malgré des parents fidèles au Général de Gaulle, elle prend la parole dans son établissement scolaire et défile dans les rues. C’est là que la jeune fille va construire sa conscience politique. Aujourd’hui, elle est toujours militante syndicale.

4/ L'ambiance dans les manifestations clermontoises

La ville de Clermont-Ferrand vit des moments intenses en mai et juin 68. De grandes manifestations enflamment la capitale auvergnate. Les banderoles, qui ont été taillées dans des draps, portent les slogans étudiants et ceux de la classe ouvrière. On défile côte à côte et on arrive au pied de la préfecture où les forces de l’ordre sont déployées. Le 13 mai, plus de 20 000 personnes sont comptabilisées. Du jamais vu !

En mai 68 à Clermont, il y a eu jusqu'à 20.000 personnes dans les manifestations - Aucun(e)
En mai 68 à Clermont, il y a eu jusqu'à 20.000 personnes dans les manifestations - © Martine Neny Slama

5/Des tracteurs dans les manifs, la mobilisation des agriculteurs

Mobilisation en décalage, si les agriculteurs ont bien manifesté avec leurs tracteurs dans les rues, c'était un an après les grèves et les événements de mai 68. Plusieurs milliers de paysans sont devant la préfecture en juin 1969. Le mouvement a mis du temps à se lancer dans les campagnes au contact des néo-ruraux et avec les jeunes agriculteurs en tête.