Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mai-68

Mai-68 à Paris : le 22 mai, le boulevard Saint-Michel est un champ de patates et le bicarbonate protège des lacrymogènes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Avec "Mai-68 à Paris", France Bleu raconte, 50 ans après, la révolte étudiante et ouvrière et la vie quotidienne de l'époque dans la capitale. Le 22 mai, Paris est paralysé par la grève générale, et même les cotations à la Bourse de Paris s'arrêtent.

Des cars de CRS au milieu des débris fumant, dans une rue dépavée du Quartier latin, le 23 mai 1968.
Des cars de CRS au milieu des débris fumant, dans une rue dépavée du Quartier latin, le 23 mai 1968. © AFP

Le 22 mai 1968, c'est "Paris paralysé, Paris martyrisé, et le général de Gaulle outragé". Le Général est silencieux depuis plus de trois semaines. Interrogé par des journalistes, le Premier ministre Georges Pompidou résume la pensée du Général : "La réforme oui, la chienlit non!"

>>La chronique du jour : 

Le boulevard Saint-Michel ressemble à un champ de patates 

En attendant, il n'y a plus de métro, plus de bus, ni de train ou d’avion ! Le boulevard Saint-Michel est devenu un champ à cultiver des patates. La graine d’anarchiste pousse sous les pavés dépavés, et le quartier latin est bouclé par la police. Marc Moro chante "Jolie fleur de mai", et les caricaturistes et humoristes s’en donnent à cœur joie, comme Pierre Doris, le Gaspard Proust de l’époque. 

Le bicarbonate de soude pour se protéger des lacrymogènes

Ceux qui gagnent bien leur vie en 1968 à Paris sont les pharmaciens du boulevard Saint-Germain : pénurie de mercurochrome, de pansements et, plus étonnant, de bicarbonate de soude dont les manifestants se barbouillent le visage pour éviter les effets nocifs des grenades lacrymogènes lancées par les CRS.    

Les cotations à la Bourse de Paris s'arrêtent 

A Paris en 1968, sur toutes les façades des immeubles, on peut voir une petite plaque bleue émaillée, qui indique "eau et gaz à tous les étages". Justement, ce 22 mai, il reste un dernier degré de l’escalade à atteindre : celui des coupures d’électricité et de gaz. George Séguy, de la puissante GGT chez EDF, et les gaziers soufflent le chaud et le froid. 

des employés d'EDF-GDF participent à une manifestation, le 24 mai 1968.
des employés d'EDF-GDF participent à une manifestation, le 24 mai 1968. © AFP - JACQUES MARIE

Autre conséquence des grèves, les cotations à la Bourse de Paris, située dans le 2e arrondissement, s'arrêtent. Heureusement, au marché de la Villette, aux abattoirs, le cours de la viande ne subit pas d’augmentation significative.

  • Mai 68
Choix de la station

À venir dansDanssecondess