Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

Mai-68 à Paris : le 27 mai, la base refuse les accords de Grenelle et l'État verrouille l'information à France Inter

dimanche 27 mai 2018 à 3:32 Par Géraldine Houdayer et Thierry Boeuf, France Bleu Paris et France Bleu

Avec "Mai-68 à Paris", France Bleu raconte, 50 ans après, la révolte étudiante et ouvrière et la vie quotidienne de l'époque dans la capitale. Le 27 mai, les ouvriers refusent les accords de Grenelle négociés par leurs syndicats, et les informations de France Inter sont verrouillées par l'État.

Le 27 Mai 1968, des ouvriers de l'usine de Renault Billancourt refusent les accords de Grenelle.
Le 27 Mai 1968, des ouvriers de l'usine de Renault Billancourt refusent les accords de Grenelle. © AFP - Marc Garanger/Aurimages

Le 27 mai 1968, au ministère des Affaires sociales, 127 rue de Grenelle à Paris, Pompidou, Chirac, Balladur et les représentants de sept syndicats ouvriers et organisations patronales accouchent des accords de Grenelle : deux jours et deux nuits de négociations, nourris aux sandwichs et à la bière, sans compter des dizaines de paquets de Gitanes, de Gauloises et de cigarettes Ariel, qui coûtent 2,30 francs le paquet,  pour tenir le coup. 

Au final, il est décidé une augmentation du SMIG de 35%, des autres salaires de 10%, et une réduction du temps de travail.  

>>La chronique du jour : 

La base refuse les accords de Grenelle, la grève continue 

Si le leader syndical Georges Séguy pavoise, et si Pompidou savoure son tour de force, patatras, la base rejette les accords de Grenelle. Ouvriers et étudiants le font savoir lors d’un meeting géant au stade Charlety, dans le XIIIe arrondissement. Ce 27 mai, tout est possible : on évoque la création d’un gouvernement populaire et la grève continue !

le 27 mai, ouvriers et étudiants organisent un meeting géant au stade Charlety. - AFP
le 27 mai, ouvriers et étudiants organisent un meeting géant au stade Charlety. © AFP -

Les informations de France Inter verrouillées par l'État 

Tout part en capilotade, même le téléphone. Seuls les transistors fonctionnent. Sur France Inter, alors que l'ORTF est en grève, c'est le service minimum. Les informations des journalistes sont verrouillées par l’État, et l’après-midi, on rediffuse des dramatiques et de la musique classique. 

Quant aux radios périphériques, elles diffusent des publicités à l'attention des ménagères. C’est Broadway dans les deux-pièces cuisines, où la ménagère découvre Palmolive Vaisselle. La Parisienne de 68 entre définitivement dans le monde moderne.