Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

Mai-68 en Creuse

dimanche 13 mai 2018 à 18:49 Par Olivier Estran, France Bleu Creuse

Des coupures d’électricité pour stopper les usines ou les administrations, Daniel Cohn-Bendit recherché sur le Plateau de Millevaches, un mois de prison pour le futur maire de Guéret, des pénuries de sucre et d'essence, et bien sur des manifs. Le vent de la révolte a aussi soufflé en Creuse en 68.

On ouvre l'album sonore de France Bleu Creuse
On ouvre l'album sonore de France Bleu Creuse © Maxppp - Photo d'illustration

Creuse, France

"Tous unis contre la répression !" Il y'a 50 ans, le 13 mai 1968, 1.500 personnes manifestent dans les rues de Guéret. La photo fait la une du journal La Montagne., c'est "la grève générale".  Ce document se retrouve aujourd'hui en tête de l'exposition virtuelle organisée par les Archives départementales de la Creuse.

Sur leur site internet, les Archives ont mis en ligne une série de documents: coupures de presse, notes de la préfecture , lettres de protestation, photos, motions qui témoignent de l'esprit de contestation de l'époque.

"Il y a eu plusieurs jours de grève dans beaucoup d'entreprises comme AFBAT Metal, Confort Tubes, les Presses du Massif Central , mais aussi au sein de  l'hôpital ou les impôts", détaille Charline Noizat , une des archivistes qui a retrouvé ces documents. "Les Creusois se sont mobilisés pour de meilleurs salaires , ils voulaient aussi réformer l'enseignement."

Charline Noizat , archiviste nous donne un aperçu de la mobilisation

"On a occupé EDF 24 heures sur 24 et coupé le courant a des usines et des administrations" - Daniel Dexet, leader CGT

A cette époque, Daniel Dexet a 23 ans. Celui qui deviendra Conseiller Départemental communiste du canton de Guéret travaille au centre EDF. Il mène la contestation dans son entreprise au nom de la CGT "On occupait le site 24 heures sur 24 , se souvient-il, _on avait cadenassé les grilles , et on organisait des coupures de courant tour à tour contre des entreprises comme Sauthon (fabricant de meubles) ou contre des administrations. Il y'avait une espérance folle, surtout parmi les salaires les plus bas_."

L'occupation de la centrale EDF et les coupures de courant

Tout juste assez d'essence pour un aller-retour jusqu'à Limoges 

Le pays tout entier tourne au ralenti. Guy Marchadier, professeur de Sciences Naturelles au lycée Pierre Bourdan se souvient des rayons vides dans les magasins "Il y avait pénurie de sucre, et l'essence était rare. On a du faire soigner notre fils à Limoges. On en avait juste assez pour faire l'aller-retour"

Mai 68 vécu par un guérétois

Un mois de prison pour Michel Vergnier

Au registre des anecdotes, Mai 68 a coûté un mois de prison militaire à Michel Vergnier. Le futur maire socialiste  de Guéret effectue alors son service militaire dans un régiment de Metz. Il est appelé par son colonel pour assurer le maintien de l'ordre dans les rues de Paris. Autrement dit s'opposer aux étudiants et grévistes qui manifestent et érigent des barricades.  "J'ai refusé, j'ai dit que je ne pouvais pas aller taper sur les miens. Ce n’était pas une rébellion , j'étais respectueux des grades et des galons, mais j'ai eu droit a un mois de taule, j’étais considéré comme un mauvais soldat explique-t-il aujourd'hui en souriant".

Michel Vergnier a fait un mois de prison militaire. Il s'en souvient avec le sourire

Daniel Cohn-Bendit sur le Plateau de Millevaches ? 

La Creuse est considérée comme une terre de refuge, et le Plateau a toujours eu cette réputation de solidarité. C'est sans doute pourquoi certains ont voulu y voir l'ombre de Cohn-Bendit lors de la fuite du leader étudiant.

Jouany Chatoux, le patron de  la ferme Bio de Pigerolles le rappelle dans une note sur sa page Facebook, mais au delà de la légende, la présence de "Dany le Rouge" n'a pas été démontrée.

Des souvenirs à rassembler 

L'album photo pourrait être encore très long , il est forcément incomplet. Voila pourquoi la commune de Lioux-les -Monges, près d'Auzances organise le samedi 26 mai  une conférence gratuite en présence d'un professeur d'Histoire de l'université de Clermont-Ferrand. "Mai 68 Révolution ou simple agitation de la jeunesse ? " Ce sera l'occasion de rassembler des témoignages d'habitants des Combrailles qui ont connu cette époque. 

Les Archives Départementales de la Creuse lancent aussi un appel pour trouver de nouveaux documents. Si vous avez dans vos tiroirs des tracts, des journaux , des photos de ces événements en Creuse, vous pouvez les prêter afin qu'ils soient copiés et numérisés. L'Histoire reste encore à écrire..