Société DOSSIER : La nouvelle maison d'arrêt de Saint-Bonnet-les-Oules

Prison à Saint-Bonnet-les-Oules : pour le maire, l’État doit revoir l’intégralité du projet

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 8 novembre 2016 à 11:13

Guy Françon, le maire de Saint-Bonnet-les-Oules, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire au lendemain d'une nouvelle réunion publique dans sa commune.
Guy Françon, le maire de Saint-Bonnet-les-Oules, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire au lendemain d'une nouvelle réunion publique dans sa commune. © Radio France - France Bleu Saint-Étienne Loire

Le maire de Saint-Bonnet-les-Oules était l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire ce mardi matin. Il ne comprend pas la décision de l'État de placer la futur prison du sud de la Loire sur sa commune et réclame la possibilité de faire des contre-propositions.

L'association "Non à la prison" organise une manifestation à 9h30 samedi prochain au stade de foot de Saint-Bonnet-les-Oules. Sur notre antenne, le maire de la commune, Guy Françon, a expliqué les raisons qui le poussent à se mobiliser contre l'installation de cette prison.

On est un village résidentiel, on a les nuisances de l'aéroport, et le site SNF classé "Seveso seuil haut" avec 150 maisons qui peuvent être évacuées à tout moment. Ce poids-là est suffisamment important. Les services de l’État ont dû oublié de regarder quelque chose. En plus de cela, on nous prend dix hectares de terres agricoles sans aucune consultation et là je ne suis pas du tout d'accord. (Guy Françon)

Voir le cahier des charges et faire des contre-propositions

La décision ne sera officielle qu'à partir du 16 décembre prochain. Une réunion avec le préfet est prévue le 24 novembre prochain. C'est lui qui est en charge du dossier pour l'instant, mais l’association a également interpellé le ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas par mail. Il leur a répondu :

Dans le cas de la Loire, cela fait des années que la quête d'un terrain existe et se heurte en permanence à telle ou telle opposition. Il faudra donc bien finir par retenir un endroit. Seuls primeront alors les critères de l'intérêt général et des besoins de l'autorité judiciaire.(Jean-Jacques Urvoas)

La mairie de Saint-Bonnet-les-Oules n'entend pourtant pas céder :

On va tout faire pour faire changer les choses, on veut le cahier des charges. J'aimerais aussi que l'on réunisse tous les maires qui sont dans la "short list" pour vérifier quelle est la commune qui connaîtrait le moins de nuisances pour qu'on puisse faire des contre-propositions. (Guy Françon)

L'interview en intégralité :