Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Maison d'arrêt de La Talaudière : les détenus et leurs proches "oubliés du déconfinement"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
La Talaudière, France

Coupés du monde extérieur pendant la crise, les détenus subissent encore de nombreuses restrictions. C'est le cas notamment au moment des visites. Témoignage d'un détenu et de proches de prisonniers qui n'arrivent plus à communiquer librement au parloir.

L'un des couloirs du secteur de détention de la prison de la Talaudière
L'un des couloirs du secteur de détention de la prison de la Talaudière © Radio France - Yves Renaud

Même depuis la levée de l'état d'urgence sanitaire, les conditions de visites ne sont pas revenue à la normale à la maison d'arrêt de la Talaudière. Complètement suspendues pendant la crise, les visites sont autorisées deux fois par semaine en ce moment. Mais les familles et les proches des détenus sont obligés de porter un masque et de rester derrière une vitre en plexiglass dans le parloir

Des détenus qui refusent les parloirs à cause du bruit

Cela complique beaucoup les choses, notamment pour communiquer : "Dès qu'il y a un peu de bruit dans les couloirs derrière le parloir, on ne peut plus s'entendre parler" raconte un détenu de 42 ans. "Il y en a plein qui refusent les parloirs. Plein de détenus qui ont demandé à leur famille de ne plus venir parce que de toute manière ils ne s'entendaient pas. Certains ne peuvent pas voir leurs enfants" explique-t-il.

Un détenu de la prison de la Talaudière témoigne.

"On est dans un aquarium en fait !" déplore une amie d'un détenu qui lui rends visite régulièrement depuis qu'il est incarcéré à la Talaudière. "Je veux bien qu'on fasse attention à des choses, mais ils font partie de la population et nous on est déconfinés. Il n'y a pas de logique." ne comprends pas cette stéphanoise de 50 ans.  Elle a l'impression que les prisonniers et leurs familles sont les "oubliés du déconfinement."

Les visiteurs derrière une vitre alors que des surveillants ne sont même pas masqués

Cette situation crée beaucoup de frustration et d’incompréhension pour les visiteurs. Comme cette autre stéphanoise de 40 ans qui vient en prison pour rendre visite à son compagnon et qui trouve la situation absurde : "Quand on va au parloir on voit bien qu'il y a des des surveillants qui s'occupent des détenus qui eux n'ont même pas de masque. Pourquoi nous on seraient les seuls personnes susceptibles de ramener le Covid en détention ? Il n'y a pas de logique là-dedans."

Le manque de contact humain, et même de communication pèse beaucoup sur les proches de détenus : "Imaginez-vous si depuis quatre mois on vous disait que vous n'avez pas le droit de toucher les gens que vous aimez. Mais par contre les autres qui bossent avec vous ils peuvent vous toucher, eux ils ont le droit." dénonce la quarantenaire, qui souhaite rester anonyme. 

Même s'il n'y a pas de gros incident à déplorer à la maison d'arrêt de la Talaudière, la tension monte à cause de ces restrictions. Si elles perdurent, les proches comme les détenus craignent que la situation devienne explosive.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess