Société

Maisons d'assistantes maternelles : ça pousse en Sarthe

Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine lundi 31 octobre 2016 à 18:40

A Aigné, la Mam accueille des enfants de quelques mois jusqu'à 5 ans.
A Aigné, la Mam accueille des enfants de quelques mois jusqu'à 5 ans. © Radio France - Alexandre Chassignon

Elles veulent de moins en moins travailler seules. Les assistantes maternelles se regroupent petit à petit dans des "maisons", déjà une grosse trentaine en Sarthe. Ces petites structures concilient l'accueil familial des assistantes maternelles à domicile avec la flexibilité d'une crèche.

C'est l'heure de la sieste. Cet après-midi, une dizaine d'enfants dorment dans cette maison d'assistantes maternelles (Mam) à Aigné. Quatre professionnelles de la commune et de La Milesse viennent de s'y regrouper. Avec chacune leur spécialité : "la cuisine, l'informatique, l'animation des jeux... Ensemble, nous allons pouvoir faire plus de choses", se réjouit Anita, l'une des quatre associées.

Dans leur maison, elles ont le droit d'accueillir jusqu'à 16 enfants, quatre chacune. "C'est moins qu'en individuel, avec les dérogations on peut garder six enfants", souligne l'une de ces assistantes maternelles expérimentées. Le changement le plus spectaculaire, pour elles comme pour les parents, concerne les horaires "atypiques". Tôt le matin et tard le soir, chacune peut, à tour de rôle, s'occuper des enfants confiés à des collègues.

"Les parents nous apportent leur petit bout sur la route du travail" - Anita

Les horaires à rallonge, sans les inconvénients

"Cela évite de s'épuiser, on peut mieux s'occuper des enfants", résume Anita. Une récompense après deux ans de préparation et de nombreuses difficultés. Trouver un local, l'aménager...

Elles ont pu s'appuyer sur leurs maris pour les travaux, leurs économies pour passer les mois d'attente de l'homologation, et l'aide de Familles rurales. Une chargée de missions de la fédération sarthoise accompagne plusieurs projets de création de Mam. Une aide nécessaire face aux contraintes administratives, explique Fanny Pira : "Une maison est considérée comme un ERP : 'établissement recevant du public'". Ces structures répondent surtout à un besoin, selon elle : "C'est complémentaire avec les assistantes déjà présentes, cela apporte beaucoup à une commune." Certaines municipalités mettent des locaux à disposition.

Ni crèche ni solitude

Un critère important pour d'autres candidates à la création de Mam. Virginie et Chloé font le tour de la couronne mancelle à la recherche de locaux. Avec une troisième assistante, elles ont déjà une expérience en individuel ou en crèche. Elle espèrent concilier le meilleur des deux mondes : "l'accueil collectif de la crèche, où il peut y avoir quand même beaucoup d'enfants, et une équipe, ce n'est pas l'assistante maternelle chez elle."

Partager sur :