Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Maisons fissurées : l'association "les oubliés de la canicule" veut des indemnisations pour les propriétaires

-
Par , France Bleu Bourgogne

Créée en 2003 dans le Jura, l'association "Les oubliés de la canicule" reprend du service. L'été caniculaire de 2018 a en effet fissuré de nombreuses habitations dans une dizaine de départements dont la Côte-d'Or. Une lettre ouverte a été envoyée aux préfets, ainsi qu'aux députés et sénateurs.

Mylène vit à Brognon sa maison affiche d'inquiétantes fissures suite à la canicule de 2018 (photo de novembre 2018)
Mylène vit à Brognon sa maison affiche d'inquiétantes fissures suite à la canicule de 2018 (photo de novembre 2018) © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon, France

Impressionnantes failles dans les murs, intérieurs fissurés, murs porteurs fragilisés... L'association "Les oubliés de la canicule" soutient les propriétaires frappés de plein fouet par la sécheresse de 2018. Leurs maisons sont souvent dans un sale état et ils se retrouvent démunis face aux très complexes processus d'indemnisation. 

Une procédure d'indemnisation complexe  - Aucun(e)
Une procédure d'indemnisation complexe - DR

C'est en 2003, à Lons-le-Saunier dans le Jura que Gérald Grosfilley, lui même victime de la sécheresse, créé cette association, désormais présente dans une dizaine de départements Français et notamment en Côte-d'Or. Il y a 16 ans "Les oubliés de la canicule" avaient réussi a décider les autorités à prendre plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle, condition sine qua non afin de déclencher des remboursements de la part des assurances. 

Lettre ouverte 

L'association dissoute en 2015, vient d'être réactivée, elle repart au combat depuis quelques mois. Une lettre ouverte a été envoyée il y a peu à Emmanuel Macron, Président de la République et au Premier ministre Édouard Philippe. Mais aussi aux Préfets de nombreux départements comme la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire, le Jura, le Doubs, la Nièvre, la Haute-Marne, le Territoire de Belfort, l'Ain, l'Eure-et-Loir, la Meuse, le Nord, le Rhône et la Corrèze touchés l'été dernier. Le même courrier a été adressé aux sénateurs, aux députés et aux conseillers départementaux. 

Au moins 90 sinistrés répartis sur tout le territoire de la Côte-d'Or

Selon les pointages de l'association et de sa référente en Côte-d'Or, Francine Doucet, il y aurait 90 sinistrés répartis sur 45 communes du département. Parmi les communes touchées : Curtil-Vergy dans le canton de Longvic, Saint-Martin-de-la-Mer dans le canton d'Arnay-le-Duc, Meursault dans le canton de Ladoix-Serrigny, Remilly-sur-Tille dans le canton de Saint-Apollinaire, Brazey-en-Plaine, Crimolois dans le canton de Chevigny-Saint-Sauveur ou encore Nolay dans le canton d'Arnay-le-Duc. 

Estimation du nombre de sinistrés en Côte-d'Or - Aucun(e)
Estimation du nombre de sinistrés en Côte-d'Or - Google

L'association met la pression sur l'État

Dans cette lettre ouverte, l'association rappelle qu'avec ses référents départementaux, elle oeuvre, "bénévolement et gratuitement", à travers de nombreux départements où elle a recensé plusieurs centaines de victimes. Aux députés, aux sénateurs et aux conseillers départementaux elle demande "d'aider à l'accélération de la décision de la commission interministérielle qui statuera sur la prise de ce décret donnant aux assurances la possibilité de jouer pleinement leur rôle sous couvert de la Caisse Centrale de Réassurance et de l'État". 

La maison de Geoffrey est fragilisée depuis la canicule de l'été 2018. Les premières fissures, très importantes, sont apparues début décembre. Depuis sa maison penche dit-il. - Radio France
La maison de Geoffrey est fragilisée depuis la canicule de l'été 2018. Les premières fissures, très importantes, sont apparues début décembre. Depuis sa maison penche dit-il. © Radio France - Thomas Nougaillon
Les fissures sont partout chez Geoffrey - Radio France
Les fissures sont partout chez Geoffrey © Radio France - Thomas Nougaillon
Dans les combles de sa maison...  - Radio France
Dans les combles de sa maison... © Radio France - Thomas Nougaillon
Sur les murets à l'extérieur... - Radio France
Sur les murets à l'extérieur... © Radio France - Thomas Nougaillon
Sur les murets à l'extérieur...  - Radio France
Sur les murets à l'extérieur... © Radio France - Thomas Nougaillon

Geoffrey, 38 ans, un sinistré à Brochon en Côte-d'Or

Sur les hauteurs de Brochon, Geoffrey, sa compagne et leurs trois enfants, ont acheté, il y a deux ans, une maison construite dans les années 1970. Construite sur une butte et sur un terrain argileux les premières fissures sont apparues d'un coup début décembre 2018. Depuis le jeune homme suit le processus quasiment chaque jour. 

"Un soir du mois de décembre j'étais devant ma cheminée, lorsque j'ai entendu un grand craquement. J'ai regardé ma cheminée et j'ai vu qu'elle s'était fissurée. Mais le bruit m'a travaillé toute la nuit et je me suis rendu compte que toute ma charpente était aussi fissurée tandis que le pignon du haut qui avait craqué était lui cassé en deux". 

Le témoignage de Geoffrey

A l'extérieur aussi les dégâts sont considérables 

"On voit des petits décrochements : ça tire, ça lève, ça s'écarte" déplore Geoffrey en suivant de doigt la moindre faille dans les pierres de sa façade. Très inquiet il s'alarme de l'évolution rapide du phénomène. 

"J'ai l'impression que la maison penche d'un côté, ça tire, ça travaille de plus en plus, j'ai des fissures qui apparaissent par ci, par là". Geoffrey a contacté la mairie de Brochon qui a été "très réactive" mais Geoffrey serait pour l'heure le seul sinistré. Il souhaite obtenir la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle et attend la réponse de la préfecture avec fébrilité. 

"Il faut que l'arrêté de catastrophe naturelle soit pris rapidement pour que la procédure avec l'assurance puisse être enfin lancée" dit-il. "Si ma commune ne l'obtient pas, l'assurance ne s'occupera de rien". L'expert qu'il a fait venir lui a conseillé, notamment, de remblayer son terrain pour éviter l'effondrement de la maison.

Qu'attend Geoffrey de la démarche entreprise par l'association?

La maison de Josette à Brognon en Côte-d'Or a été touchée par la canicule de 2018  - Radio France
La maison de Josette à Brognon en Côte-d'Or a été touchée par la canicule de 2018 © Radio France - Thomas Nougaillon
Les dégâts sont parfois impressionnants  - Aucun(e)
Les dégâts sont parfois impressionnants - DR

"Qui peut payer sa maison deux fois voire plus dans une vie ?"

Car la canicule, déplorent "Les oubliés de la canicule", "est une catastrophe naturelle silencieuse qui n'attire ni regard ni compassion." Une catastrophe qui peut pousser les gens qui en sont touchés "à une envie d'acte irrémédiable". 

"Qui est en mesure de payer deux fois dans sa vie le prix de sa maison voire bien plus ?" s'interroge l'association. En Côte-d'Or, Francine Doucet dont la maison a elle aussi été touchée a organisé une réunion publique. Elle a rassemblé 100 personnes début février à Plombières-lès-Dijon. Son but est de fédérer le plus de sinistrés possible pour aller porter leurs voix à Paris au mois de juin juste avant la promulgation des décrets de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle prévue en juillet-août 2019. Une stratégie qui avait été payante en 2003...

Francine Doucet référente de l'association en Côte-d'Or

  • Pour joindre l'association, vous pouvez écrire à Gérald Grosfilley, 520 A, rue du docteur Jean Michel, 39000 Lons-le-Saunier. Si vous êtes en Côte-d'Or vous devez appeler Francine Doucet au 06 62 17 65 80 ou le 09 80 96 03 80.
Choix de la station

France Bleu