Société

Malade d'un cancer, son mari se bat pour changer de logement à Nantes depuis deux ans

Par France Bleu Loire Océan, France Bleu Loire Océan jeudi 18 août 2016 à 19:34

Des immeubles de logements sociaux à Nantes
Des immeubles de logements sociaux à Nantes © Maxppp - BERTRAND BECHARD

L'administration a-t-elle un coeur ? Un Nantais dénonce la situation dans laquelle il vit 2014 : sa femme gravement malade n'arrive pas à accéder seule à leur logement et, malgré ses demandes le bailleur social ne lui faisait toujours pas de propositions de déménagement. Jusqu'à notre reportage.

Le code de l'action social et des familles dit que "toute personne sans abri, en situation de détresse médicale, psychique ou social a accès, à tout moment à un dispositif d'hébergement d'urgence", mais avoir accès au dispositif ne signifie pas avoir accès au logement rapidement.

David Verinaud l'a appris à ses dépens. A 34 ans, il est agent d'entretien à Nantes. Sa femme travaille en maison de retraite, elle est agent de vie sociale. Ils habitent dans un logement social derrière le stade de la Beaujoire à Nantes, et un jour, en 2014, elle tombe malade. Un cancer métastatique généralisé. Leur appartement n'est plus adapté, il n'y a pas d'ascenseur dans l'immeuble et ils font une demande de mutation d'urgence auprès du bailleur social pour déménager.

On ne s'inquiète pas beaucoup des personnes malades, et c'est ça qui me choque"

Ça c'était il y a deux ans, et ils n'ont toujours pas de nouveau logement. Alors en attendant de déménager, David doit porter sa femme jusqu'à leur appartement : "Etant donné qu'on habite au 4ème étage. Elle n'a plus du tout la possibilité de monter au quatrième étage, ça l'épuise, ça la fatigue énormément, explique David Verinaud, la voix vibrante d'émotion, elle a perdu énormément de poids, elle a perdu énormément de mobilité, et depuis deux ans, on se bat continuellement pour trouver un logement décent.

Se battre, c'est ce qui le fatigue le plus, se battre contre l'administration : "Chaque chose qu'on est obligé de faire, on est vraiment obligés de taper dans les portes, de s'énerver, de se fâcher pour pouvoir obtenir quelque chose. On s'inquiète pas beaucoup des personnes malades et c'est ça qui moi me choque". Les raisons de santé ne sont pas nécessairement considérées comme prioritaires aux yeux des bailleurs sociaux. Mais hors micro La Nantaise d'Habitation l'assure, elle vient de prendre en compte la situation d'urgence du couple et va lui proposer un logement rapidement. David Verinaud confirme, oui, le bailleur social l'a bien contacté après les coups de fil de France Bleu Loire Océan.

David Verinaud, déçu que sa situation ne soit pas reconnue comme prioritaire

"A la base, c'est vraiment un logement pour que ma femme puisse au moins rentrer chez elle, précise David Verinaud. Personnellement on ne demande pas un logement 4 étoiles. Nous tout ce que l'on demande c'est un rez-de-chaussée, pour qu'elle puisse "finir ses jours" agréablement, aujourd'hui, c'est tout ce qu'elle demande".

Dans le cas de David, le bailleur n'est toutefois pas obligé de lui proposer un autre logement dans un temps imparti. En moyenne il faut compter un an et demi pour un déménagement.

Partager sur :