Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Maladie de Lyme : Le combat d'Emilie

-
Par France Bleu Mayenne

La maladie de Lyme, maladie infectieuse et bactérienne, transmise lors d'une morsure de tique n’est toujours pas reconnue en France. Le test de dépistage est controversé et les consultations et les soins sont à la charge des malades. Émilie nous raconte son combat.

Emilie souffre de la maladie de Lyme depuis plusieurs années. Elle a été diagnostiquée l'an dernier.
Emilie souffre de la maladie de Lyme depuis plusieurs années. Elle a été diagnostiquée l'an dernier.

La Chapelle-Anthenaise, France

La jeune femme a beau cherché dans ses souvenirs, elle ne se souvient pas avoir été piquée par une tique pourtant cette maman de 28 ans vit avec la maladie de Lyme depuis une dizaine d'années. Diagnostiquée en mai 2017, Emilie est au stade tertiaire, c’est-à-dire le plus haut stade de la maladie, 'je sais que je ne guérirais jamais'. Aujourd'hui la maladie lui prend toute son énergie 'ma vie est totalement mise entre parenthèses, je ne peux plus travailler, j’ai dû mal à m’occuper de mon petit garçon. Mes journées se passent au lit.'  

Sous antibiotiques, Émilie continue d'enchainer les consultations afin de trouver de nouveaux traitements pour soulager sa maladie.  Un suivi médical très onéreux 'entre 300 et 400 € par mois avec les traitements, les rendez-vous avec les spécialistes, les trajets…'

Les fins de mois sont dures pour la jeune femme qui vit avec son mari et son petit garçon à la Chapelle-Anthenaise. D’autant que rien n’est remboursé puisque la maladie n’est pas reconnue en France. Emilie dénonce un manque de considération 'toutes les maladies sont remboursées mais pas la mienne, je ne comprends pas, on a pas choisi d’être malade, il faut que ça change.'

Pour alerter les pouvoirs publics et faire part de son calvaire, la jeune femme a écrit une lettre au député Mayennais Yannick Favennec. Depuis quelques mois, le député travaille sur ce sujet, début mars il a demandé à la Ministre de la santé, Agnès Buzyn, de s'intéresser sérieusement à ce problème de santé publique 'il y a deux problèmes majeurs, le premier c’est les tests de dépistage, ils sont mis en cause pour leur manque de fiabilité, le second problème c’est la prise en charge du traitement de cette maladie. Les symptômes nécessitent un traitement sur le long terme, donc je pense qu’il est normal que cette maladie soit remboursée par l’assurance maladie' raconte le député. Ce dernier affirme qu’il se battra jusqu'à obtenir gain de cause.

En attendant, la jeune femme peut compter sur le soutien de sa famille et en particulier celui de son frère, Alexandre, il a lancé une cagnotte participative pour payer les soins de sa sœur 'le rôle de la famille c'est d'être là moralement, je vais tout faire pour elle' déclare le jeune homme de 25 ans avant d'ajouter 'il faut que les malades se mobilisent pour faire bouger les choses'. Sa cagnotte Leetchi est à retrouver ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu