Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Malgré la polémique, le monument aux morts de Pithiviers a déménagé

-
Par , France Bleu Orléans

Stupeur et émotion à Pithiviers, dans le Loiret : malgré la polémique, la Ville a brusquement accéléré le calendrier pour démonter le monument aux morts de la place du Martroi, il sera bientôt réinstallé place De Gaulle. Les opposants crient au scandale.

La statue du monument aux morts de Pithiviers a été démontée hier soir et ce matin
La statue du monument aux morts de Pithiviers a été démontée hier soir et ce matin © Radio France - François Guéroult

Pithiviers, France

Cette fois, c'est fait : à Pithiviers, le monument aux morts a quitté la place du Martroi. La ville va bientôt le réinstaller 500 mètres plus loin, place de Gaulle, sur un site rénové, plus pratique, et plus accessible, selon la mairie.  Quelques heures, dimanche soir et lundi matin, auront suffi pour démonter le monument, à coups de scies à métaux et de marteaux-piqueurs, malgré la polémique qui a enflé ces dernières semaines.

Le calendrier s'est accéléré

L'effet de surprise a été total, car les travaux étaient annoncés pour octobre. Le calendrier s'est visiblement accéléré, peut-être parce qu'une manifestation d'opposants était prévue samedi prochain, s'agace Chantal Pinçon, conseillère municipale d'opposition divers gauche : "Faire travailler une entreprise un dimanche, sans que la population ne soit au courant, c'est bien pour travailler derrière notre dos !" Et l'élue de se présenter comme "la porte-parole des dizaines d'habitants présents ce matin et qui sont tous contre ce déménagement."

En fin de matinée, la statue du monument aux morts est évacuée par camion - Radio France
En fin de matinée, la statue du monument aux morts est évacuée par camion © Radio France - François Guéroult

De fait, les passants rencontrés étaient tous très remontés : "Ce monument date de 1923 et a été financé par une souscription publique, témoigne une dame. Il a toujours été ici. Je suis très déçue et surtout très en colère : ce maire n'écoute pas ses administrés et n'en fait qu'à sa tête." Cet autre habitant va plus loin : "Ce maire est un dictateur ! Je suis scandalisé, c'est un outrage aux anciens combattants morts pour la France, on ne touche pas à ce qui est mémoriel ! Cent ans après, on commence par déménager, et cent ans plus tard, qu'est-ce qu'on fera ? Qu'est-ce qu'il restera des monuments aux morts ? On efface l'Histoire..." Très ému, Bernard Valéry, l'ancien gérant d'un magasin de photographies, rappelle inlassablement que ce monument fut aussi le témoin de la Libération de Pithiviers : "Le 21 août 1944, c'est place du Martroi que tout s'est passé, les FFI, les Américains... Alors quoi ? On dit que tout cela n'a plus aucun intérêt et n'a pas existé ?"

Le maire, injoignable, est en vacances

Au fond, cette affaire de déménagement est un double symbole, estime l'élu d'opposition LR Maxime Buizard : "C'est le symbole de la manière d'exercer le pouvoir utilisée par le maire, c'est-à-dire seul, sans concertation, et de façon autoritaire ; mais c'est aussi le symbole d'un manque d'attachement à ce qu'est Pithiviers et à ce qui fait son Histoire."

Le maire en question, Philippe Nolland (ex LR, désormais proche de LREM) est resté injoignable ce lundi : "Il est en vacances et ne rentre que vendredi", indique-t-on à la mairie, en précisant que c'est l'entreprise elle-même - et non la ville - qui a choisi les dates pour intervenir sur ce monument aux morts.

Choix de la station

France Bleu