Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Malgré le manque de place, le refuge SPA de Dijon accueille vos animaux en pension pour les vacances

lundi 31 juillet 2017 à 18:54 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne

Les refuges de la Société protectrice des animaux manquent de place partout en France. La faute aux abandons plus nombreux pendant les vacances d'été. Pourtant, les employés de la SPA mettent tout en œuvre pour trouver une solution à chaque animal. Ils proposent même une pension.

Près de 200 animaux sont accueillis au refuse S.P.A des cailloux de Dijon.
Près de 200 animaux sont accueillis au refuse S.P.A des cailloux de Dijon. © Radio France - Marion Bargiacchi

Dijon, France

Ils sont presque deux cents. Deux cents animaux sagement assis dans leurs box, derrière des grilles à la S.P.A des cailloux de Dijon. Ce n'est pas une prison, loin de là, mais un refuge pour ces bêtes souvent laissées sur la route par leurs anciens maîtres.
Car ce n'est pas un mythe, en été, les abandons d'animaux sont plus nombreux. La faute aux départs en vacances qui "prennent au dépourvu" certains propriétaires d'animaux. "Mais les abandons ont lieu toute l'année bien sûr, nous précise Nicole Bacqué. Ce qui a changé c'est la cruauté avec laquelle les maîtres abandonnent leurs bêtes".

"Les gens sont lâches"

Nicole Bacqué travaille depuis 22 ans à la S.P.A. "À mes débuts, les propriétaires de chats, de chiens, nous déposaient leur animal directement au local de l'association. Ils ne se cachaient pas. Nous pouvions faire une bilan de santé de l'animal avant de lui trouver une nouvelle famille qui serait plus disponible. Cela représentait 90% des abandons, des "abandons légaux. Les 10 autres pourcents d'animaux étaient récupérés en fourrière."

Aujourd'hui la proportion est de 90% de fourrière et 10% d'abandons légaux.

Les cages du refuge ne sont presque jamais vides. Les abandons c'est toute l'année. Des abandons de plus en plus cruels. "Les gens considèrent leur animal comme un bien de consommation. Ils refusent les contraintes, et à la première difficulté, ils le jettent comme un mouchoir à la poubelle." Certains animaux sont laissés pour mort dans des sacs poubelles, d'autres -pucés ou tatoués- ont les oreilles coupées avant d'être lâchés à des dizaines de kilomètres de chez eux... histoire qu'on ne retrouve jamais les propriétaires.

Un système de pension

Même si les places sont rares, le refuge met en place un système de pension pour votre animal si vous devez vous absenter. Derrière le bureau de l'accueil, Léa nous explique le principe : "Vous payez selon la taille de votre animal : plus il est gros et plus cela coûte cher. Dans l'ordre du raisonnable tout de même, pour un petit chien on commence à 7€ la journée, 8€ si vous optez pour la nourriture du refuge. Mais vous pouvez aussi nous fournir l'alimentation que vous préférez pour votre toutou." Des tarifs plus avantageux qu'en refuge privés, ou les prix peuvent aller jusqu'à une quinzaine d'euros par jour. "Les animaux ont leur box personnel, on les sort, on joue avec eux tous les jours."

Et si il manque de la place, les employés du refuge des cailloux ne manquent pas d'appeler leurs homologues de Messigny-les-Ventoux ou d'autres refuges alentours car "il y a toujours une meilleure solution que l'abandon".

INFOS PRATIQUES

Refuge SPA des cailloux :

  • 5 rue Django Reinhardt 21000 DIJON
  • Téléphone : 03 80 66 30 17
  • Horaires : Lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi refuge ouvert de : 14h à 18 h, du 16 février au 14 novembre et de 14h à 17 h, du 15 novembre au 15 février