Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malgré les contraintes, la Région Centre-Val-de-Loire aimerait valoriser la viande de gibier

-
Par , France Bleu Touraine

La Région Centre-Val-de-Loire souhaite valoriser la viande de gibier et créer une plateforme de transformation de la venaison. Elle vient de voter une étude de faisabilité de 50.000 euros, la troisième depuis 2006.

40% des français ne mangent jamais de gibier
40% des français ne mangent jamais de gibier © Maxppp - PQR

Le marché de la viande de gibier, et des produits transformés comme les terrines, est en pleine expansion, notamment au moment des fêtes de fin d'année. Malheureusement, dans une région qui compte 110.000 chasseurs, soit 10% de l'effectif national, plus de 2/3 de la venaison est importée, et parfois de très loin, notamment la Nouvelle-Zélande ou l'Australie.

La moitié des importations de viande de sangliers provient d'Australie

Pourtant, avec 7000 sangliers abattus chaque année rien que dans le département d'Indre-et-Loire, 2300 cerfs et biches, sans oublier les 6000 chevreuils, la viande de gibier est abondante et la demande progresse chaque année. Malheureusement la période de vente est très réduite. Essentiellement en décembre au moment des fêtes.

Modèle économique à trouver. Problème culturel à dépasser

Autre frein pour la mise en place d'une filière de transformation de la venaison, la collecte. Il faut trouver de grands espaces de chasse pour rentabiliser le déplacement des camions frigorifiques.

Les normes sanitaires imposent que la viande ne peut rester plus de 2 jours et demi en chambre froide - Le directeur de la Fédération de Chasse d'Indre-et-Loire Jean Abarnou

Par ailleurs la venaison est souvent partagée à la fin de la battue, et non vendue, une tradition bien ancrée. Elle est par ailleurs de moins en moins cuisinée par les épouses de chasseurs.

La venaison est aussi difficile à cuisiner. Son goût est particulier

Les français restent de faibles consommateurs de gibier, avec 600g de viande de gibier par habitant et par an, contre 61 kg de viande par an

Le gibier est souvent associé à tort à une viande forte et à des plats lourds et compliqués. 40% des Français ne mangent jamais de gibier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess