Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Baignade dangereuse dans la carrière abandonnée d'Émerchicourt, dans le Nord

mercredi 4 juillet 2018 à 0:10 - Mis à jour le mercredi 4 juillet 2018 à 10:48 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord et France Bleu

C'est un lieu privé, en principe interdit au public. Mais dès que les beaux jours reviennent, chaque année, la carrière d'Émerchicourt (Nord) est prise d'assaut par de jeunes baigneurs qui viennent y piquer une tête dans l'eau très fraîche qui a déjà causé deux morts par hydrocution depuis 2008.

Des jeunes se baignent dans la carrière d'Emerchicourt (Nord)
Des jeunes se baignent dans la carrière d'Emerchicourt (Nord) © Radio France - Stéphane Barbereau

Émerchicourt, France

Le cadre de la carrière abandonnée d'Émerchicourt, entre Douai et Valenciennes, dans le Nord, paraît idyllique pour la plupart des jeunes qui fréquentent les lieux. Des plages de cailloux blancs au fond d'une carrière entourée d'arbres et une eau vert émeraude par endroits. Pour Kenzi, 20 ans, venu de Lens avec ses amis :"La couleur est magnifique, on dirait qu'on est aux Maldives !" Le lieu est privé et, en principe, interdit au public mais en plein week-end, par grand beau temps, l'été, on peut compter jusqu'à 400 baigneurs

On vient entre amis, la moyenne d'âge est très jeune, les sacs remplis d'alcool, les chichas aussi sont posés sur les "plages". Et ces jeunes sont très conscients du risque d'hydrocution. "Je viens quand même", raconte cette jeune fille venu avec son petit ami qui ajoute : "il faut faire attention, c'est tout".

Deux morts en 10 ans

Pourtant, le danger de mort est réel comme le rappelle le maire de cette commune du Douaisis, Michel Loubert : "Il y a des remontées d'eau de la nappe phréatique et il fait très froid : un mètre en-dessous du niveau de l'eau, il peut faire 4°C donc forcément quand on a des chaleurs de 30°C, la différence de température provoque des hydrocutions."

Michel Loubert, le maire d'Emerchicourt (59) - Radio France
Michel Loubert, le maire d'Emerchicourt (59) © Radio France - Stéphane Barbereau

Comme en 2008, un jeune de 20 ans était mort noyé suite à un choc thermique. Un accident du même genre avait eu lieu en juillet 2015 avec un adolescent de 15 ans. Au fil des ans, la carrière ne cesse d'attirer du monde à cause du bouche-à-oreille, des reportages dans les médias et des réseaux sociaux. Beaucoup de ces jeunes croisés dans la carrière évoquent des photos, vidéos sur Snapchat, Facebook. Certains fréquentent déjà le lac bleu à Roeux, près d'Arras, interdit également pour les mêmes dangers.

L'appel désespéré du maire

Michel Loubert ne veut pas voir se reproduire les drames des années passées auxquels il ajoute cet accident de voiture en 2010 : deux jeunes étaient morts éjectés dans une petite voiture alors qu'ils se rendaient à la carrière. Ils étaient sept, entassés à bord, les deux victimes n'étaient pas attachées puisqu'elles étaient installées dans le coffre. "Halte, au secours, il ne faut plus de morts ! Risquer sa vie pour un coin d'eau c'est dommage. Je suis plus démuni que dépassé. Je demande au propriétaire chaque année de clôturer malheureusement ce n'est pas fait."

Des tas de déchets visibles en-haut de la carrière, au-dessus des étangs - Radio France
Des tas de déchets visibles en-haut de la carrière, au-dessus des étangs © Radio France - Stéphane Barbereau

Il existe pourtant deux arrêtés préfectoraux qui stipulent de clôturer ce terrain qui attire les curieux et se révèle dangereux. Outre le risque d'hydrocution, il y a aussi l'aspiration vers le fond (un effondrement dans le fond peut créer un tourbillon fatal), le risque de pollution de l'eau liée à la présence d'algues toxiques en cas de fortes chaleurs ou liée à la présence de déchets en grande quantité au-dessus des trois étangs de la carrière qui n'est plus exploitée depuis une vingtaine d'années. Auparavant, elle servait à alimenter les fours sidérurgiques d'Usinor dans la région.