Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manche : la SNSM en quête de financements pour assurer l'avenir

-
Par , France Bleu Cotentin

La SNSM tenait ce samedi à Saint-Vaast-la-Hougue son assemblée départementale, alors que la question du financement des secours en mer sera étudiée le mois prochain par le gouvernement.

Les sauveteurs en mer de la SNSM de la Manche réunis à Saint-Vaast-la-Hougue pour l'assemblée départementale
Les sauveteurs en mer de la SNSM de la Manche réunis à Saint-Vaast-la-Hougue pour l'assemblée départementale © Radio France - Anthony Raimbault

Manche, France

Le naufrage aux Sables-d’Olonne qui a coûté la vie à trois sauveteurs en juin dernier a mis en lumière le modèle de financement fragile de la SNSM qui repose en très grande partie sur les dons des particuliers et sur l'engagement bénévole de 8.456 sauveteurs en France, dont 450 dans la Manche. Le sujet sera abordé le mois prochain lors du CIMER, le comité interministériel de la mer. 

Pour poursuivre la formation des sauveteurs et remplacer son matériel, la SNSM doit augmenter ses ressources : entre 4 et 6 millions d’euros par an au niveau national. Si les dons ont augmenté après le drame des Sables-d’Olonne, cela ne garantit pas un budget à l’équilibre à partir de 2021

Jean-Marie Choisy le délégué de la SNSM dans la Manche relance un appel aux plaisanciers 

« 10% des plaisanciers cotisent alors qu’ils représentent 80% de nos interventions. Il faut poursuivre notre travail auprès d’eux. Même dans la Manche, on ne nous connaît pas toujours. Beaucoup de gens croient que nous sommes salariés, comme les pompiers. »

Le patron de la SNSM dans la Manche ne s’avance pas à réclamer une taxe obligatoire pour les plaisanciers : « C’est un mot qu’on ne prononce pas à la SNSM, ce n’est pas à nous de le dire. On exprime nos besoins et c’est au gouvernement de définir les leviers »

Une nouvelle flotte dans la Manche 

Les ressources financières sont vitales pour la SNSM qui doit régulièrement remplacer sa flotte de bateaux pour les interventions. Dans la Manche, sept canots seront remplacés d’ici 2022 dans les stations de Granville, Urville-Nacqueville, Genêts, Jullouville, Dielette, Agon-Coutainville et Goury. Cela représente un investissement de plus de 3 millions d’euros. La SNSM règle la moitié de la facture, le département et la région financent l’autre moitié. 

Des bénévoles qui valent des millions

Pour la première fois, la SNSM a valorisé l’engagement de ses 8.456 bénévoles dans le pays. S’il fallait verser un salaire à tous les sauveteurs, cela représenterait un budget de 44 millions d’euros par an ! 

Le chiffre : 351 

C’est le nombre de personnes secourues en mer par les bénévoles de la SNSM en 2018 dans la Manche. Cela représente 202 interventions. Les nageurs sauveteurs qui surveillaient les plages manchoises l’été ont délivré 550 soins et secourus 37 personnes.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu