Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manche : quelles solutions au manque de main d'œuvre dans la restauration ?

jeudi 30 août 2018 à 8:36 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin

Le manque de main d'œuvre est fort dans le secteur de la restauration et les professionnels tentent d'y remédier. Bruno Leproust, le proviseur du lycée hôtelier Maurice Marland de Granville, était l'invité de France Bleu Cotentin ce jeudi 30 août 2018.

Des restaurateurs en suris faute de main d'oeuvre dans la Manche
Des restaurateurs en suris faute de main d'oeuvre dans la Manche © Radio France -

Granville, France

Les restaurateurs manquent de main d'œuvre et certains établissements, dans la Manche se retrouvent même en sursis. Les patrons ne trouvent pas de candidats en cuisine, ou encore plus pour le service en salle.  Pour Bruno Leproust, proviseur du lycée hotelier Maurice Marland de Granville, il y a un vrai problème d'attractivité. Il l'a dit ce jeudi 30 août en direct sur France Bleu Cotentin.

"Nous remarquons que sur un cycle de trois ans, il y a une perte d'élèves . Dès qu'ils sont confrontés à la réalité du métier, à travers les stages notamment, ils se rendent compte des difficultés du métier comme ces longues périodes de travail debout, et se rendent compte que ça ne leur convient pas. "

Faudrait-il jouer sur les salaires à l'embauche ?

" Alors là je sors mon jocker, ce n'est pas à moi de le dire. Mais quand j'ai commence, il y a 40 ans, dans la restauration, je précise que _moi j'étais nourri et logé, aujourd'hui ce n'est plus forcément le cas_, et c'est vrai que c'est compliqué pour les restaurateurs. A Deauville, ils ont mutualisé des logements, mais même dans ces conditions ça reste difficile d'embaucher." Bruno Leproust, proviseur du lycée hotelier Maurice Marland de Granville.

A réécouter ici :

"Quand j'ai commencé il y a 40 ans, j'étais nourri et logé"