Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le maire de Mandelieu, accusé de conflit d'intérêts, veut saisir la justice

samedi 10 mars 2018 à 6:09 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur

Le maire de Mandelieu veut déposer plainte après la diffusion de reportages le soupçonnant de conflit d'intérêts. L'opposition municipale et une association anti-corruption révèlent des liens étroits entre l'édile et un milliardaire franco-libanais qui cherche à bâtir un vaste projet immobilier.

Le domaine de Barbossi à Mandelieu
Le domaine de Barbossi à Mandelieu © Maxppp - PHOTOPQR

Des soupçons de conflit d'intérêts pèsent sur le maire de Mandelieu-la-Napoule, Sébastien Leroy, qui va saisir la justice après la diffusion du magazine Complément d’enquête, jeudi sur France 2 et un article de Médiapart. Interrogés, un élu de l'opposition municipale et l'association de lutte contre la corruption Anticor révèlent des liens étroits entre le maire et un riche homme d'affaires franco-libanais, Iskandar Safa. Un marchand d'armes qui a beaucoup investi pour la commune, et espérerait en échange obtenir l'autorisation de construire un vaste complexe immobilier sur les collines de la ville.

Des intérêts financiers communs ? 

Propriétaire du domaine de Barbossi qui s'étend sur 1300 hectares, le milliardaire Iskandar Safa cherche à rendre constructible depuis plus de dix ans une partie de ses terrains. Un projet immobilier de plusieurs dizaines de milliers d'euros, or il se heurte à la loi littorale et au plan de prévention des risques incendie.  

En avril 2014, une délibération a été votée en conseil municipal, autorisant la création d'un espace pare-feu dans le secteur concerné par le projet immobilier. L'actuel maire de Mandelieu était alors premier adjoint de son oncle, Henri Leroy, maire de la commune. 

Ce qu'a découvert un élu municipal d'opposition, Jean-Valéry Desens (LR) c'est l'existence de liens financiers entre la famille Leroy et l'homme d'affaires. Le 24 octobre 2014, une société anonyme, L2RD, a été créée avec pour objet la prise de participation dans des sociétés. Son  PDG n'est autre que le père du maire actuel, sa mère est actionnaire, avec Iskandar Safa par le biais d'une de ses sociétés. L2RD est domiciliée à la même adresse que le cabinet d'avocats, dont Sébastien Leroy est fondateur.

Il y a clairement conflit d'intérêts puisque la famille du maire fait des affaires avec ce mécène, qui a financé entre-autre des véhicules pour la police municipale de Mandelieu, ainsi que le club e basket - Jean-Valéry Desens

Rien d'illégal...mais 

Jean Christophe Picard, président d'Anticor prévient : "on est très vigilant, car ce n'est certainement pas une coïncidence. L'existence de cette société n'a rien d'illégal mais si le maire était amené à prendre des décisions favorables à Iskandar Safa, il y aurait un risque de prise illégale d'intérêts. Si on s’apercevait que la création de la holding était la contrepartie d'une décision favorable à l'homme d'affaires, ce serait du trafic d'influence. "

Le maire conteste toute illégalité ou favoritisme

Sébastien Leroy, s'il reconnait qu'Iskandar Safa est un mécène pour la ville, conteste toute illégalité ou favoritisme, et dénonce une cabale encouragée par un élu d'opposition. 

Le maire parle de "fantasmes quant à l'urbanisation de terrains sur le domaine de Barbossi", terrains classés depuis 2002 en zone rouge du plan de prévention des risques incendie et toute évolution de zonage relève de l'Etat, rappelle l'élu. De plus, "le plan local d'urbanisme en cours de révision et discuté en conseil municipal ne prévoit aucune modification concernant ces terrains non-constructibles. "

Le maire dénonce "la manipulation de l'opinion et les contre-vérités assénées pour le salir ainsi que ses parents, mis en cause alors qu'ils ont souhaité aider, par le biais de leur société, une start-up médicale à se lancer". Le maire de Mandelieu dit "vouloir entamer les procédures judiciaires qui s'imposent et invite les citoyens à consulter les documents concernant le Plan local d'urbanisme."

reportage