Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manif du personnel hospitalier ce mardi : 3 questions à Nancy Tardres du service des urgences Saint-André à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Les soldats du feu et les blouses blanches manifesteront côte-à-côte ce mardi pour demander des effectifs supplémentaires. Des girondins ont pris le train pour prendre part au cortège. C'est le cas de Nancy Tardres du collectif inter-urgences à l'hôpital Saint-André de Bordeaux.

Manifestation pour la défense de l'hôpital public
Manifestation pour la défense de l'hôpital public © AFP - afp

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : Est-ce-qu'on peut parler selon vous d'un effondrement du service public hospitalier ?

Nancy Tardres : Cela fait déjà longtemps qu'il s'effondre, depuis 10 ans en réalité. On a alerté nos directions sur une situation qui empire. Aujourd'hui on est effectivement dans une situation d'effondrement.  A Saint-André nous sommes en grève depuis le mois de mai et on a toujours pas d'avancée concrète. La direction nous demande de lever le préavis pour pouvoir obtenir les effectifs qu'on réclame. Mais aujourd'hui la balle est dans leur camps et on attend. 

Concrètement quelles sont les conséquences du manque d'effectifs aux urgences Saint-André ?

C'est un défaut de prise en charge sereine et humaine. Nous travaillons avec des gens qui sont malades donc si on est pas assez nombreux pour s'occuper d'eux on est pas en capacité de prendre en charge leurs souffrances. Forcément cela crée des tensions entre les patients et les soignants.

Il y a aujourd'hui une nouvelle direction à la tête du CHU. Est-ce-que ce renouvellement a amélioré les discussions ?

Yann Bubien, notre nouveau directeur, est le directeur-adjoint du cabinet d'Agnès Buzyn au ministère des Solidarités et de la Santé. C'est lui qui a reçu le collectif inter-urgences en mai et en juin dernier. Forcément il connait le sujet. Donc on va bien voir ce qu'il nous propose mais pour l'instant on a pas de nouvelles de sa part. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu