Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une marche contre les violences sexistes ce samedi à Strasbourg

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Près de 300 personnes ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de Strasbourg pour défendre les droits des femmes, en amont de la journée internationale qui leur est dédiée, le 8 mars. Une marche à l'appel du collectif "Nous toutes 67".

Un rassemblement pour célébrer la journée internationale des droits des femmes
Un rassemblement pour célébrer la journée internationale des droits des femmes © Radio France - Corinne FUGLER

Les manifestants ont défilé de la place de l'Etoile à la place de la République, en contournant l'hypercentre de Strasbourg, fermé aux défilés en raison des contraintes sanitaires. 

Une importante délégation de militantes kurdes participait à ce rassemblement. 

Cette marche était organisée à l'appel notamment du collectif "Nous toutes 67". Le collectif réclame notamment la création de nouvelles places d'hébergement dans le Bas-Rhin pour les femmes victimes de violences.

Plusieurs associations féministes comme Witch Bloc 67 ou le Planning familial appelaient à défiler "sans homme cisgenre", ceux-ci se sont donc faits plutôt discrets au cœur de la marche...

Des élèves de Sciences Po Strasbourg participaient à ce rassemblement
Des élèves de Sciences Po Strasbourg participaient à ce rassemblement © Radio France - Corinne FUGLER

Soutenir les victimes d'agression

Des étudiantes et des étudiants de Sciences Po se sont joints à la marche pour dénoncer les comportements et les violences sexistes dans l'enseignement supérieur. 

Clara, 18 ans, portait une pancarte où elle avait inscrit : "culpabiliser les victimes, c'est non" et "ras le viol". "Je trouve que c'est un peu scandaleux qu'on vienne manifester contre le viol; ça ne devrait même pas exister!"

"C'est ma première année d’études dans une grande ville, à Strasbourg" explique Clara, qui, elle aussi, s'indigne des comportements déplacés de certains hommes dans l'espace public : "... le nombre de fois où j'ai été accostée dans la rue de manière très lourde, des mecs qui me suivent dans le tram jusqu'à mon arrêt. Faut qu'on fasse quelque chose!"

Se réapproprier la rue

Ces collégiennes strasbourgeoises relatent, elles aussi, des expériences déplaisantes. Roxanna, Marie, Angélique et Camille, âgées de 14 ans, hésitent à prendre les transports en commun. Toutes en ont fait l'expérience : "Je ne prends plus le tram, je me suis fait trop de fois toucher par des hommes, jeunes, vieux, tout, alors que j'avais 12 ans".

Pour elles, la priorité, dans ce combat des femmes pour leurs droits, c'est la lutte contre le harcèlement dans l'espace public : "On a peur de se promener toutes seules dans la rue. On ne se sent pas protégées, en fait!" "Moi je n'ai jamais dit à mes parents qu'un homme m'avait suivie et m'avait touchée alors que je ne le voulais pas".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le collectif "Nous toutes 67" estime que trois femmes sont violées ou victimes de tentatives de viol chaque jour dans le Bas-Rhin.

Dix femmes subiraient des violences conjugales chaque jour et 8.300 femmes seraient victimes au quotidien d’agressions sexuelles. Toujours selon le collectif, une adolescente sur cinq serait victime de sexisme et de harcèlement sur internet.

Le collectif s'appuie sur des statistiques nationales pour avancer ces chiffres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess