Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon, une centaine de manifestants place Pasteur

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Le conseil municipal de Besançon a voté le 9 juillet dernier un arrêté anti mendicité. Le groupe "Besançon assis" s'est crée sur Facebook et a appelé à une rassemblement assis ce samedi place Pasteur pour dénoncer cet arrêté. Une centaine de personnes y a participé.

manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon
manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon © Radio France - Jean-François Fernandez

Besançon, France

Ils étaient une centaine ce samedi 18 août 2018 place Pasteur à Besançon, ils ont répondu à l'appel à manifester à 14h, manifester assis !

Le 9 juillet, en catimini au milieu de l'été, le conseil municipal de Besançon a voté un arrêté interdisant la mendicité dans le centre historique et touristique de la ville.  Pour le maire, Jean-Louis Fousseret, il s'agit ainsi de répondre aux attentes des commerçants et nombreux habitants des quartiers concernées, las de voir les trottoirs envahis par des personnes qui mendient. 

manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon - Radio France
manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon © Radio France - Jean-François Fernandez

Cet arrêté prévoit de verbaliser toute personne prise en train de mendier, l'arrêté est applicable du lundi au samedi, jusqu'au 30 septembre, et sera reconduit pour les fêtes de fin d'année du 23 novembre au 31 décembre. L'amende est de 38 euros. 

Pour nombre de Bisontins venus manifester, une telle décision dans une ville historiquement de gauche, c'est inadmissible.

Dans la ville natale de Victor Hugo, dans la ville natale de Proudhon ! " - Un manifestant choqué par cet arrêté. 

manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon - Radio France
manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon © Radio France - Jean-François Fernandez

Jean-Louis Fousseret a été élu par nos voix de gauche, et il mène une politique de droite" - Un manifestant contre cet arrêté anti mendicité.

Dans les rangs des manifestants, un vieux monsieur. Il ne porte pas de pancarte, ne crie pas des slogans, il reste calme malgré son indignation. Jacques Vuillemin, est ancien premier adjoint de Robert Schwint, il a fait deux mandats à Besançon.

Jacques VUILLEMIN, ancien conseiller municipal de Besançon, qui a été 1er adjoint de Robert Schwint

manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon - Radio France
manifestation contre l'arrêté anti mendicité à Besançon © Radio France - Jean-François Fernandez

En retrait de cette place, un peu plus loin Jonathan est assis devant un distributeur de billets mais lui ne manifeste pas. Devant lui, posé sur le sol, une petite bourse ouverte avec quelques pièces. Sans chercher à faire de la provocation, Jonathan est en train de mendier, tout simplement pour manger. Il est à quelques mètres seulement de la place Pasteur et des manifestants, et pourtant un fossé les sépare.

Ils sont tous assis à me tourner le dos pendant que moi je fais la manche... ça risque de me faire mal quand ils vont tous me passer devant, voir si y en a qui me donnent de l'argent ou pas" - Jonathan, qui fait la manche pendant la manifestation.

Jonathan, en train de mendier, pendant la manifestation

Jonathan est à la rue/ il lui faut 5 heures pour récupérer 10 euros  - Radio France
Jonathan est à la rue/ il lui faut 5 heures pour récupérer 10 euros © Radio France - Jean-François Fernandez

Si je dois payer 38 euros d'amende, je ne pourrais pas manger" - Jonathan, qui fait la manche à Besançon.

Pour Jonathan, ceux qui posent problème sont ceux qui font la manche pour se droguer. Le jeune homme estime que les policiers qui vont verbaliser devraient rester et observer, voir ce qu'ils font de l'argent qu'ils récupèrent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu