Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation contre l'islamophobie : une étoile jaune qui fait polémique

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La manifestation contre l'islamophobie a rassemblé 13.500 personnes ce dimanche à Paris. Certaines portaient une étoile jaune avec "muslim" écrit au centre. De nombreuses personnalités ont dénoncé cette initiative. L'un des organisateurs, Madjid Messaoudene, la condamne également.

Place de la Nation, lors de la manifestation dimanche contre l'islamophobie.
Place de la Nation, lors de la manifestation dimanche contre l'islamophobie. © Radio France - Benjamin ILLY

"Un dérapage" pour Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, une photo "à vomir" selon Alain Jakubowicz, ancien président de la Licra : une nouvelle polémique est née après la manifestation ce dimanche à Paris. 13.500 personnes ont marché de la gare du Nord à Nation pour dénoncer l'islamophobie, suite à l'appel d'une cinquantaine de personnalités dans une tribune publiée par Libération.

Une étoile à cinq branches 

Et parmi les manifestants, certains portaient une étoile jaune à cinq branches, avec écrit au centre "muslim" (musulmans en anglais). On pouvait également voir un croissant jaune à côté. Cette étoile n'est pas sans rappeler celle portée par les Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

La photo d'une jeune fille, posant aux côtés de la sénatrice EELV Esther Benbassa, a fait énormément réagir sur les réseaux sociaux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Aucun musulman de France ne subit ce que nos parents ont subi pendant la seconde guerre mondiale et je leur souhaite de ne jamais le subir", a réagi Ariel Goldmann, président du Fonds social juif unifié, institution de la communauté juive en France dans le domaine social.

Pour la députée LREM des Yvelines Aurore Bergé, "la comparaison est indécente". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Madjid Messaoudene condamne cette initiative

Conseiller municipal de Saint-Denis et organisateur de la manifestation, Madjid Messaoudene a réagi à la polémique au micro de France Bleu Paris. "Ces autocollants ont effectivement circulé mais ce n'est pas le fait des organisateurs, insiste-t-il. Ces personnes voulaient dire "maintenant vous pouvez nous reconnaître encore plus, venez nous chercher parce qu'apparemment, on vous dérange en temps que musulmans".

Je trouve que cette initiative est malheureuse, elle n'avait absolument rien à faire dans la manifestation. - Madjid Messaoudene

L'élu de Seine-Saint-Denis condamne cette initiative : "Faire de cette initiative quelque chose d'antisémite, ce n'est absolument pas notre but, on ne compare pas le sort des musulmans avec celui de Juifs d'hier". En revanche, selon lui, "il y a un climat islamophobe délétère, il y a des jeunes filles sur qui on crache, dont on arrache le voile".

Pour Madjid Messaoudene, le gouvernement doit maintenant répondre aux manifestants : "il doit faire un vrai plan national de lutte contre l'islamophobie et qu'on arrête de tergiverser sur les termes". 

Cette manifestation avait déjà créé la polémique, au moment de la publication de la tribune. Certains signataires s'en sont éloignés, comme Yannick Jadot, député européen EELV. François Ruffin, député La France Insoumise, lui n'a pas assisté à la manifestation. Le parti socialiste avait notamment dénoncé l'utilisation du mot "islamophobie", plutôt que racisme anti-musulman.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess