Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation contre le contrôle technique moto : 2.000 motards défilent dans les rues de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Très forte mobilisation des motards ce samedi 24 avril à Belfort contre la mise en place d'un contrôle technique pour les motos. La manifestation est organisée par la Fédération Française des Motards en Colère 90 et la Fédération des Bikers de France.

Les manifestants dénoncent le lobbying des opérateurs de contrôle technique
Les manifestants dénoncent le lobbying des opérateurs de contrôle technique © Radio France - Mado Oblin

Les motards disent "_non au contrôle technique pour les moto_s". 2.000 motards ont été comptabilisés par la police dans les rues de Belfort ce samedi 24 avril. Le cortège est parti de la Place Albert-Charles-Meyer, derrière la Maison du Peuple vers 14 heures. Les manifestants, venus de tout le Grand Est et la Bourgogne Franche-Comté protestent essentiellement contre une directive européenne votée en 2014 (2014/45/UE) qui impose un contrôle technique tous les deux ans pour les deux et trois roues motorisées.

L'entrée en vigueur de cette mesure est prévue pour le 1er janvier 2022. Selon un communiqué de la Fédération Française des Motards en Colère, en date du 14 avril, le gouvernement aurait reconnu l'impossibilité de mettre en place le contrôle technique moto à cette date, le gouvernement évoquerait maintenant un contrôle visuel de sécurité assorti d’un contrôle de bruit et de pollution.

Ce recul ne change rien pour Bernard Daguet, membre du bureau de la Fédération Française des Motards en Colère du 90, une des deux associations organisatrices du rassemblement : "S'il n'y pas de contrôle technique en janvier 2022, ça ne veut pas dire qu'il n'y en aura jamais", justifie-t-il. 

On n'a jamais vu autant de motards à Belfort

Selon Bernard Daguet, "le contrôle technique moto, contrairement à la croyance populaire n'apportera rien de supplémentaire. Une moto ce n'est pas une auto, les motards vérifient leur moto régulièrement ne serait-ce que parce qu’ils n'ont que deux roues. Le moindre défaut sur la moto serait payé cash", explique-t-il, en rappelant que le taux de mortalité des motards a diminué depuis une douzaine d'années "alors que le nombre de véhicules en circulation a quasiment doublé". 

Il accuse les opérateurs de contrôles techniques d'exercer un lobbying au niveau de l'Union Européenne :"Quand vous multipliez 3,5 millions d'usagers par 40 ou 50 euros, vous comprenez vite où est le problème. C'est un peu gênant quoi, ce sont ces entreprises qui proposent des textes et ce sont elles qui vont contrôler derrière". 

Face au succès de la mobilisation, Bernard Daguet se réjouit : "On a jamais vu autant de motards à Belfort !

Les manifestant se sont d'abord réunis derrière la Maison du Peuple à Belfort
Les manifestant se sont d'abord réunis derrière la Maison du Peuple à Belfort © Radio France - Mado Oblin

La custom culture en danger

Les bikers souhaitent aussi pouvoir continuer à customiser leur monture. Benoit Caron, délégué régional de le Fédération des Bikers de France, deuxième association organisatrice, dénonce la fin des motos personnalisées : "Un changement de peinture, une jante qui n'est plus d'origine et ça y est, c'est une moto modifiée donc c'est refusé au contrôle technique", déplore-t-il. Le biker haut-saônois regrette la mise en danger de tout un secteur :"il y a des emplois, des préparateurs, des selliers qui vont disparaître". 

Il est aussi opposé au port du gilet jaune qui pourrait devenir obligatoire : "On est des bikers, on porte des broches, des couleurs, des blousons, on refuse de porter un gilet jaune, c'est une atteinte à notre identité", affirme-t-il. 

La première mobilisation contre le contrôle technique moto avait réuni 500 motards à Besançon le 10 avril dernier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess