Société

Manifestation contre le projet de loi espagnol anti-avortement à Tours

Par Fanny Bouvard, France Bleu Touraine samedi 1 février 2014 à 19:02

Les manifestants pro-IVG, place Anatole France à Tours.
Les manifestants pro-IVG, place Anatole France à Tours. © Radio France

Ce samedi 1er février, entre 200 et 300 personnes ont défilé à Tours, comme dans des dizaines de villes européennes, contre le projet de loi espagnol restreignant presque totalement l'IVG.

"En Espagne et partout, avorter est notre droit". En tête de cortège, rue Nationale à Tours, le message est clair. Sous ce slogan entre 200 et 300 personnes, femmes et hommes de tous âges, ont répondu à l'appel d'Osez le féminisme, du planning familial et de plusieurs organisations syndicales et politiques. Ils ont défilé contre le projet de loi espagnol restreignant presque totalement l' IVG. Seules deux exceptions sont prévues : en cas de viol ayant fait l'objet d'une plainte préalable, et en cas de danger pour la santé physique ou psychique de la femme, danger démontré par un double rapport médical.

Une décision impensable pour l'association Osez le féminisme 37.

"Jamais je n'aurais pensé devoir me battre pour l'avortement. En Espagne comme ailleurs, on ne peut pas revenir sur ces acquis! C'est grave et vraiment inquiétant." Mélanie, Osez le Féminisme 37.

Du côté du Planning Familial , Lise, bénévole se dit aussi perplexe. "L'avortement n'est pas un acte facile ou anodin . Les femmes qui y ont recours le savent, nous le voyons aux permanences. C'est un droit qu'elles exercent après l'avoir mûrement réfléchi. Ce texte laisserait croire qu'il faut en avoir honte. On ne peut pas laisser passer."

Dans le cortège, Christiane Vienney-Balmer, 68 ans, défile avec quelques amies. En 1971, elle avait signé le manifeste des 343 et défendu coûte que coûte l'avortement. En 1985 et 2010, elle a aussi suivi le combat des femmes espagnoles.

" C'est une telle régression! Les femmes espagnoles, et les hommes aussi d'ailleurs, se sont battus pour ce droit, nous devons les soutenir jusqu'au bout. Je n'aurais jamais pensé me retrouver dans la rue, à battre le pavé, plus de 40 ans après le début de mon engagement." Christiane Vienney-Balmer.

Christiane Vienney-Balmer.

D'ailleurs à travers ce défilé contre le projet de loi espagnol, beaucoup évoquent aussi leurs inquiétudes sur la situation dans toute l'Europe et en France. "Ce droit est sans cesse mis en danger, explique Mélanie de Osez le féminisme. Il faut rester vigilant, et pourquoi pas l'inscrire dans les textes européens."

Partager sur :