Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

1 500 personnes rassemblées à Poitiers contre le racisme et les violences policières

-
Par , France Bleu Poitou

Environ 1 500 personnes ont manifesté ce samedi 6 juin dans les rues de Poitiers contre le racisme et les violences policières, mais aussi en hommage à George Floyd, un afro-américain mort après un contrôle de police aux Etats-Unis. La manifestation s'est déroulée dans le calme et sans incident.

Les 1 500 manifestants ont défilé dans le calme dans les rues de Poitiers
Les 1 500 manifestants ont défilé dans le calme dans les rues de Poitiers © Radio France - Flore Catala

Personne ne s'attendait à voir autant de monde affluer sur la place de la mairie à Poitiers. Mais dès 15h30, ce samedi 6 juin, elle s'est pourtant remplie de centaines de personnes. Toutes se sont déplacées pour participer au rassemblement organisé par des associations de gauche poitevines, notamment SOS Racisme, en hommage à George Floyd, afro-américain mort aux Etats-Unis lors d'un contrôle de police.

Une manifestation dans le calme

En tout, 1 500 personnes ont rejoint le rassemblement, puis le cortège s'est élancé dans les rues de Poitiers jusqu'à la porte de Paris, en passant par la gare. Dans la foule, beaucoup de manifestants étaient masqués, à défaut de respecter les règles de distanciation. La grande majorité d'entre eux n'avaient pas plus de 30 ans.

La grande majorité des manifestants portaient un masque lors du rassemblement
La grande majorité des manifestants portaient un masque lors du rassemblement © Radio France - Flore Catala

La manifestation s'est déroulée dans le calme, sans heurts ni incidents avec la police, seulement quelques tensions : un arrêt du cortège survolté devant l'Hôtel de Police, et des chants hostiles aux forces de l'ordre.

Dénoncer les violences policières et leurs victimes

Au-delà de l'hommage à George Floyd, c'est le racisme en général, et surtout les violences policières que les manifestants ont condamné. Sur beaucoup de pancartes, le nom d'Adama Traoré est revenu de nombreuses fois. Ce jeune homme noir est décédé en 2016, après une interpellation par des gendarmes dans le Val d'Oise.

Sur les pancartes, de nombreux messages contre les violences policières
Sur les pancartes, de nombreux messages contre les violences policières © Radio France - Flore Catala

"Justice pour Adama", "Justice pour les victimes" réclamaient les manifestants, pour beaucoup étouffés par la discrimination, le racisme, et les violences policières. Dominique, jeune étudiant poitevin, explique qu'il a appris à vivre avec les remarques, les blagues, les moqueries sur son supposé accent. "Ce sont des choses que les autres ne voient pas, mais que nous vivons quotidiennement" témoigne-t-il derrière son masque. "Et on ne devrait pas en faire quelque chose de normal".

Arrivée à la gare, la foule survoltée répond en criant à la harangue de jeunes poitevins noirs qui prennent la parole à tour de rôle, perchés sur les épaules de camarades. "Nous sommes tous égaux" s'époumonne Stéphane. "Nous ne nous tairons plus ! A chaque injustice, nous serons dans les rues !". 

Stéphane, jeune étudiant poitevin, interpelle les manifestants
Stéphane, jeune étudiant poitevin, interpelle les manifestants © Radio France - Flore Catala

A deux reprises durant le rassemblement, devant la mairie et devant la gare, les manifestants ont posé un genou à terre, et ont levé leur poing, en silence. Une posture devenue symbole de la lutte contre le racisme.

Pour beaucoup de manifestants, voir autant de monde se rassembler autour de la cause du racisme et des violences policières, reste un signal positif et encourageant pour poursuivre la mobilisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu