Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Manifestation des auto-écoles : des Lorrains dans le cortège parisien

lundi 11 février 2019 à 11:09 Par Isabelle Baudriller, France Bleu Sud Lorraine

Une opération escargot menée aux portes de Paris par les auto-écoles ce lundi matin pour dénoncer le projet de réforme du permis de conduire. Des Lorrains participent à la contestation.

Des patrons d'auto-écoles lorraines ont rejoint la manifestation parisienne
Des patrons d'auto-écoles lorraines ont rejoint la manifestation parisienne - Moulay Benharrat

Plus d'un millier de voiture auto-écoles seraient rassemblées ce lundi matin aux portes de Paris. Au sein du cortège, des véhicules lorrains. Le projet de réforme du permis de conduire a du mal à passer auprès des professionnels. Un rapport parlementaire doit être remis au Premier ministre mardi 12 février, il prévoit de développer les cours en ligne et les patrons d'auto-écoles y voient "l'ubérisation et la destruction de la profession"

Permis au rabais

Parmi les contestataires présents à Paris, Moulay Benharrat originaire de Jarville (Meurthe-et-Moselle) et installé à Metz. "Installer une auto-école est réglementé. On doit disposer d'un local d'une certaine surface, avoir un numéro d'agrément. Les plates-formes internet, c'est une concurrence déloyale", déplore le patron lorrain installé depuis 15 ans et qui emploie 15 personnes

Moulay Benharrat met en garde contre un "permis au rabais" : "On est dans le domaine de la sécurité routière, il faut faire très attention avec les vies en jeu. On nous balance des plates-formes qui font du permis low-cost. A l'heure actuelle, nous récupérons déjà des élèves de ces boîtes low-cost parce qu'ils n'ont pas été formés correctement". Selon lui, les trois-quarts des auto-écoles pourraient disparaître. "L'heure est grave, nous avons besoin de nous faire entendre", conclut-il.